Unix : SCO, contre IBM, n’a pas convaincu les juges…

Régulations

SCO essuie un premier revers dans ses tentatives de poursuites judiciaires contre IBM. Lors d’une audience préliminaire, le juge a souligné le manque de preuves du plaignant !

Pas de conclusion hâtive, le procès n’ouvrira qu’à l’automne? Mais déjà le juge Dale Kimball, lors d’une audience préliminaire, s’est inquiété de l’absence de preuves formelles fournies par SCO Group, qui se dit propriétaire de codes sources d’Unix.

SCO a déposé en 2003 une plainte contre IBM, l’accusant de s’être approprié du code Unix objet de la propriété de SCO, qu’il aurait intégré au code de ses applications Linux. Le juge Kimball devait se prononcer sur la demande d’IBM de procédure dite à jugement rapide. La requête de Big Blue a été rejetée, mais le premier avis rendu par le juge peut inquiéter SCO ! “Malgré les grandes disparités entre les accusations publiques de SCO et les preuves qu’il a fournies ? en l’occurrence l’absence totale de preuves ? et la tentation de fait d’accorder à IBM sa requête, la cour a estimé qu’il serait prématuré de rendre un jugement sommaire“. Demande d’IBM rejetée, donc, mais l’avis va plus loin pour SCO : “Il est étonnant que le plaignant n’ait pas apporté de preuves pertinentes indiquant si IBM, via ses différentes activités Linux, a enfreint ou non les copyrights qu’il affirme détenir“. Inquiétant pour SCO sur la suite de l’affaire ! Toutefois, le juge Kimball a validé la demande de SCO pour l’ouverture du code d’AIX, l’Unix propriétaire d’IBM, confirmant un précédent jugement. Le procès intenté contre IBM par SCO semble mal engagé pour ce dernier. Mais IBM peine à faire accélérer les procédures. Donc, partie remise…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur