Winnie l’Ourson soigne les chinois accros du Web

Régulations

La première clinique chinoise contre la dépendance du Net a fait son apparition à Pékin. Traitement de choc entre électrochocs, intraveineuses et? Winnie l’Ourson

Les enfants du plus grand pays communiste au monde victimes des pires maux du capitalisme Internet ! La Chine adopte les technologies occidentales, mais sa jeunesse suit dans ses dérives.

Ainsi vient de s’ouvrir à Pékin la première clinique traitant les jeunes camarades dépendants de l’Internet. Des accros du jeu vidéo ou des ‘chats‘ en ligne. Le diagnostique du Docteur Tao Ran est sans appel : “Tous les enfants ici (ils sont douze) ont abandonné l’école par ce qu’ils jouent ou qu’ils fréquentent les ‘chat rooms’ quotidiennement“. “Ils souffrent de dépression, nervosité, frayeurs et d’une incapacité à interagir avec les autres, panique et agitation. Ils présentent aussi des désordres du sommeil, des tremblements et engourdissement de leurs mains“. Le programme de cure du docteur est composé de sport, d’acupuncture et de méditation. Il démarre à 6 heures du matin. Mais la thérapie recèle aussi des méthodes plus? chinoises ? Avec par exemple “des cessions sur une machine qui stimule les impulsions nerveuses avec des charges de 30 volts sur des points de pression“. Ouille ! Ou alors l’administration en intraveineuse d’un “fluide clair“, dont la composition n’a pas été révélée, destiné à “ajuster les déséquilibres des sécrétions du cerveau“. Inquiétant ! Mais que l’on se rassure, le bon docteur ménage des moments de sérénité. Entre les périodes de rééquilibrage des sécrétions du cerveau, les patients peuvent flâner dans des pièces “ensoleillées, décorées de fleurs artificielles, d’édredons Winnie l’Ourson et d’une télévision 17 pouces“. Un programme radical pour se désintoxiquer du Net et des jeux vidéo, au prix de 48 dollars par jour. Raisonnable pour un occidental qui recherche un traitement de choc à la chinoise pour traiter ses enfants malades de la console ou du PC. Plus lourd pour un pékinois, le salaire quotidien moyen dans la capitale est de 20 dollars ! Le Docteur Tao Ran n’est pas inquiet pour l’avenir de sa clinique. Selon lui, 2,5 millions de chinois sont dépendants du Net. Et ce chiffre ne cessera d’augmenter avec la multiplication des technologies.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur