Avec Ocata, OpenStack épouse un peu plus les conteneurs

CloudData & StockageDatacentersDéveloppeursDSIIAASOrchestrationProjetsServeursStockage
0 0 Donnez votre avis

Pour la 15e itération d’OpenStack, Ocata met l’accent sur l’intégration des conteneurs dans plusieurs projets.

La fondation OpenStack a joué au chat et à la souris pour présenter la dernière version de sa plateforme Cloud. Baptisée Ocata, elle a été mise en ligne, puis enlevée et remise, précise nos confrères de The Register. Il faut dire qu’on ne l’attendait pas si tôt. Il n’aura fallu que 4 mois à la communauté pour accoucher de la 15ème itération, contre 6 habituellement.

Comme à l’accoutumé, le catalogue des évolutions est fourni, mais certaines méritent plus d’attention. C’est le cas de la technologie des conteneurs. Dans la précédente édition, nommée Newton, OpenStack avait amorcé le rapprochement vers cette technologie. Cette intégration se déroulait autour de Magnum, le service d’API dédié aux conteneurs, comprenant un guide d’installation amélioré, le support des drivers enfichables, celui des clusters gérés par Kubernetes sur des serveurs bare metal et l’introduction d’un cluster asynchrone. Ou Kuryr qui apporte les capacités réseaux de Neutron (composant Networking d’OpenStack) aux environnements Docker avec une intégration dans Swarm et Kubernetes.

Une accélération de l’intégration des conteneurs

Dans Ocata, l’intégration avec les conteneurs est renforcée. La plateforme Cloud annonce un meilleur support des applications à base de conteneurs et annonce des outils de déploiements avec  les projets Kolla, déployant des services OpenStack conteneurisés à la sauce micro-service, et Zun pour la gestion des conteneurs. On notera des évolutions aussi sur Kuryr avec le sous-projet Fuxi qui connecte le stockage de Cinder et Manila aux environnements de type conteneur.

Parmi les autres annonces,  le module compute Nova hérite d’une nouvelle API « placement » accordant aux utilisateurs d’allouer intelligemment les ressources selon les besoins des applications. Cells v2 est également devenue l’architecture par défaut pour augmenter l’évolutivité de Nova. Le tableau de bord Horizon voit son interface revisitée et supporte mieux les fédérations d’identité Keystone. Sur le plan du stockage, le service de messagerie Zaqar intègre le stockage objet Swift comme backend.

Pour les responsables d’OpenStack, cette 15ème itération est plus une version de stabilisation. Pour les innovations et le développement de nouveaux projets, il faudra attendre le prochain cycle, prévu normalement d’ici la fin de l’année. La 16ème version hérite du nom de code Pike.

A lire aussi :

Avec TessMaster, Ebay optimise Kubernetes dans OpenStack

Avec OpenStack Platform 10, Red Hat simplifie l’orchestration du Cloud

crédit photo © Egorov Artem – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur