IoT : Dell crée une division et une nouvelle architecture ‘edge – core’

CloudM2MMobilitéRéseaux

Dell annonce la création d’une division IoT et développe tout un programme incluant ses partenaires dans des offres spécialisées. L’occasion de dévoiler une nouvelle architecture de services « Edge, Distributed Core et Cloud » qui combine des solutions Dell, EMC, VMware, Pivotal, RSA, Virtustream…

De notre correspondant à New York – Michael Dell a fait le déplacement à Broadway. Mieux, il s’est offert une petite fantaisie en se prêtant à un court-métrage humoristique au cœur de Manhattan, afin de souligner les enjeux des objets connectés. Le prétexte ? Le test d’un véhicule autonome – sans chauffeur ! Ce dernier lui parle (une voix féminine), l’écoute et le conduit à destination en un temps record en évitant les bouchons.

C’est assez bien résumé, la réalité en marche de l’IoT, que Dell se plait à rebaptiser « IQT », allusion au QI de l’intelligence – et, pourquoi pas, au qualificatif « acute » (aigu, vif, intelligent, perspicace…) ?

Une division dédiée à l’IoT

Le CTO de VMware, Ray O'Farrell, va diriger la nouvelle division IoT de Dell.
Le CTO de VMware, Ray O’Farrell, va diriger la nouvelle division IoT de Dell.

La première annonce est la création d’une division IoT, dirigée par Ray O’Farrel, EVP & CTO de VMware. La seconde concerne la présentation d’un nouveau modèle d’architecture : «Distributed Core computing ».

« Après le Cloud, l’IoT nous ramène à une architecture distribuée », a expliqué Michael Dell : la partie en périphérie (le ‘edge’) traite et analyse des donnée IoT à la source en temps réel ou avec une latence la plus courte possible afin de poser certaines actions immédiates en quelques millisecondes; puis certaines données utiles sont remontées à un traitement central , le ‘core’ ou ‘distributed core’, sorte de ‘back-office’ réparti, qui est lui-même relié à des applications d’analyse sur le Cloud.

Cette architecture suppose une connectivité et une orchestration globale, transversale, couplée à des outils de sécurité IT également en transverse. On comprend qu’elle repose sur un ensemble de briques issues du groupe Dell (« Dell Technologies ») telles que EMC, Pivotal (Cloud Foundry pour des développements en natif sur le Cloud) ou encore RSA et SecureWorks pour la sécurité, sans oublier les plateformes VMware (Cloud Foundation) et les outils des stockage EMC (dont VSAN), ainsi que Virtustream (migration des applications critiques dans le Cloud). L’ensemble est fédéré et opéré par un outil d’orchestration de type Software Defined.

En outre, Dell introduit des passerelles spécifiques et sécurisées (« edge gateways ») permettant d’adapter certains environnements non compatibles ou jusque-là dépourvus de connectivité IP. Elles sont gérées par la nouvelle plateforme « VMware Pulse IoT control center ». Celle-ci a été présentée comme étant la première d’une série à venir. Elle est dimensionnée pour suivre jusqu’à 6 000 objets, avec leur connectivité réseau, leurs attributs, leur localisation, etc.

La poussée de l’IA

Cette nouvelle architecture Cloud distribuée vise également à « combiner l’IoT et l’intelligence artificielle au sein d’un écosystème unique depuis le ‘edge’ jusqu’au cœur du cloud ». Dell met en avant le potentiel de l’intelligence artificielle et du ‘machine learning’ pour travailler de façon étroite avec les infrastructures IoT. L’objectif : « Délivrer des systèmes plus pertinents et plus prédictifs. »

La gamme de serveurs Dell EMC PowerEdge C-Series est renforcée pour supporter des algorithmes d’apprentissage ou de ‘machine learning’ dans les environnements « distributed core ». La gamme Isilon (EMC) et la solution Elastic Cloud Storage apportent le stockage objet et fichier pour de très gros volumes de données et permettent de faire de l’« analytics » à travers HDFS.

Le jeu des partenaires

Dell met également l’accent sur la nécessité d’une étroite collaboration avec son écosystème – intégrateurs, développeurs, SSII spécialistes des services managés (dont Atos). Avec SAP a été développé un programme IoT conjoint qui utilise SAP Cloud Platform et SAP Leonardo.

Une série de projets de développement

Dans ce contexte, Dell annonce plusieurs initiatives, dont le projet Nautilus (Dell EMC), un logiciel d’ingestion et de requêtage en temps réel sur les flux de données IoT auprès des ‘gateways’ de collecte.

Autre initiative, le projet Fire : c’est une plateforme hyperconvergée de l’environnement VMware Pulse pour de l’analytics en temps réel; elle repose, là encore, sur VMware Cloud Foundation avec vSphere et VSAN (EMC) pour le stockage des données. La plateforme d’intégration sur le Cloud avec l’accès aux données des applications (ERP, etc.) n’est autre que Boomi de Dell.

Côté sécurité de l’analytics, le projet IRIS porté par RSA étend la surveillance des menaces à la périphérie (‘edge’). Et le projet ‘Worldwide Herd’ permet de faire de l’analytics et du ‘deep learning’ sur des données dispersées qui ne peuvent pas être remontées en central.

Trois labs IoT dans le monde

Enfin, Dell annonce deux services dédiés : IoT Vision Workshop, pour déterminer où et comment déployer de l’analytics IoT; et IoT Technology Advisory pour organiser l’architecture IoT, le calendrier etc.

Dell, qui dispose de trois labs IoT dans le monde (Santa Clara dans la Silicon Valley, Limerick en Irlande et Singapour), mentionne un investissement d’un milliard de dollars sur 3 ans.

Par ailleurs, l’activité d’investisseur de Dell – Dell Technologies Capital – se traduit par un investissement annuel de 100 millions de dollars, essentiellement pour soutenir des start-ups, dont beaucoup sont orientées IoT.


Lire également
Dell EMC vu de France : une première année d’exercice « au-delà des attentes »
Serveurs : Dell gagne des points sur un marché en haussestrong>
IA, IoT, cybersecurité…ces technos qui troublent les DSI