Les datas d’un pacemaker coincent un fraudeur à l’assurance

JuridiquePolitique de sécuritéRégulationsRéseauxSécurité

Un homme doté d’un pacemaker a été accusé d’incendie criminel et de fraude à l’assurance. Les datas de son implant médical l’ont confondu.

Les implants médicaux sont de vrais mouchards et la justice américaine vient de dénouer une affaire d’incendie criminelle et de fraude à l’assurance grâce aux données d’un pacemaker.

Petit récapitulatif de l’histoire rapportée par nos confrères de ZDnet. Ross Compton, un habitant de Middleton dans l’Ohio, a perdu sa maison en septembre 2015 en raison d’un incendie. La perte de sa demeure est évaluée à 400 000 dollars.

Mais l’assurance a eu des soupçons sur la déclaration faite par Ross Compton pour être dédommagé. La façon dont le feu avait pris ne semblait pas correspondre aux explications de l’assuré. Mais surtout il a expliqué à la personne en charge des appels d’urgence qu’après avoir repéré l’incendie, il avait mis des affaires dans des valises et les à jeter par la fenêtre de sa chambre, cassée préalablement à l’aide d’un bâton de marche.

Des datas cardiaques en contradiction avec les efforts fournis

Là où le bât blesse dans le récit est que Ross Compton est doté d’un stimulateur cardiaque. L’assurance a demandé une expertise d’un cardiologue. Lequel a estimé que « il était hautement improbable que Mr Compton ait pu prendre et emballer autant de d’objets de la maison, briser la fenêtre de sa chambre et balancer les objets en dehors, le tout dans un laps de temps réduit, en raison de son état médical ».

L’affaire a pris une tournure judiciaire et la police en charge de l’enquête a obtenu un mandat de perquisition pour récupérer les enregistrements de l’activité du stimulateur cardiaque. L’objectif était d’analyser la fréquence et le rythme cardiaque au moment des faits. Et la police a indiqué que le stimulateur était un «élément de preuve clé » dans cette enquête, car l’activité cardiaque ne correspond pas à l’histoire décrite par le suspect.

Ce dernier a été accusé d’incendie criminel et fraude à l’assurance. Il nie les faits, même si de l’essence a été trouvé sur ses vêtements et que le feu a pris selon les pompiers depuis plusieurs points.

A lire aussi :

IoT : Echo d’Amazon au centre d’une affaire de meurtre

La FDA veut protéger les stimulateurs cardiaques du piratage

Photo credit: Popfossa via Visual hunt /  CC BY-NC

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur