Methbot : le détournement de pub le plus profitable de l’histoire

Sécurité

Des annonceurs et des régies publicitaires en ligne ont été bernés par un vaste réseau de bots. Entre 3 et 5 millions de dollars de recettes par jour ont ainsi été récupérés par des pirates russes, selon la société White Ops.

Une vaste opération d’escroquerie des annonceurs et régies publicitaires vient d’être mise au jour par la firme américaine de sécurité White Ops. Cette opération baptisée « Methbot » aurait été pilotée, pendant au moins trois ans, par un groupe de pirates russes. De faux sites ont été créés pour générer du faux trafic et mieux tromper les régies et leurs clients. Cette vaste opération de fraude publicitaire en ligne aurait rapporté à ses commanditaires jusqu’à 5 millions de dollars par jour.

Auteurs de la fraude, le groupe de pirates surnommé « AFK13 » par White Ops aurait utilisé des centaines de serveurs web aux États-Unis et aux Pays-Bas pour piloter plus de 500 000 adresses IP associées à des bots. Des programmes informatiques ont été conçus pour imiter les habitudes de navigation des humains, lancer et arrêter une vidéo,  déplacer le pointeur et cliquer.  Le tout en chargeant en masse des pages web et des vidéos rémunérées par des publicités.

13 dollars pour 1000 vues !

En se faisant passer pour 6 000 sites anglophones de médias et de marques (CNN, CBS Sports, Fox News, The Huffington Post, Fortune, Facebook…), les pirates russes ont ainsi gagné la confiance d’annonceurs. Ces derniers étaient prêts à payer au prix fort, 13 dollars pour 1000 vues, pour accéder aux audiences dont se prévalaient les pirates.

methbotfarm-white-ops
L’infrastructure de la fraude à la publicité Methbot.

Au total, White Ops estime que les commanditaires de Methbot ont détourné 180 millions de dollars depuis que l’entreprise a repéré la fraude en septembre 2015. Methbot aurait utilisé  différentes méthodes pour éviter d’être détecté, y compris la rétro-ingénierie.

Lire aussi :

49 % du trafic Internet mondial provient de… robots
40 % de la taille d’une page web est lié au tracking et à la pub


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur