Composants

MIPS Technologies bascule en Europe : ARM en sort renforcé

MIPS ARM processeurs embarqué acquisition
2 1 Donnez votre avis

MIPS Technologies et ses 580 brevets vont prochainement battre pavillon anglais. ARM en profite pour renforcer ses positions en rachetant une partie de la propriété intellectuelle du concepteur de composants américain.

Sur le papier, Imagination Technologies va bientôt mettre la main sur le concepteur de processeurs MIPS Technologies. Dans la réalité, l’opération se révèle être un transfert massif de propriété intellectuelle entre les États-Unis et l’Europe.

L’Anglais Imagination Technologies, connu pour ses GPU PowerVR, souhaite acquérir la société américaine (et ses 160 employés) pour un montant de 60 millions de dollars. Il perd toutefois une grande partie de son portefeuille de brevets.

498 d’entre eux passent en effet dans le giron du consortium Bridge Crossing, pour un montant de 350 millions de dollars. Or, sur cette somme, 167,5 millions de dollars sont versés par ARM, un autre britannique, connu comme étant le champion des puces 32 bits embarquées. Le portefeuille de brevets de MIPS Technologies passe ainsi à seulement 82 références.

Royaume-Uni VS Chine ?

Avec ce rachat, les Anglais viennent de réaliser un véritable “hold-up” sur le marché des composants RISC 32 bits embarqués. ARM règne sur ce secteur en leader incontesté, sauf sur certaines offres, comme les produits réseau (les boxes ADSL pour ne citer qu’un exemple), où MIPS  connait un certain succès. Comme par hasard, c’est ce marché – qui échappe encore à ARM – qu’Imagination Technologies entend adresser.

Mieux, en mettant la main sur MIPS, et ses brevets, le Royaume-Uni se protège des futurs assauts en provenance de Chine, où cette architecture processeur est particulièrement populaire. Elle sert de base à des produits aussi divers que des cadres photonumériques, des ordinateurs portables ou encore des supercalculateurs.

À l’opposée, les États-Unis n’ont maintenant plus de grands concepteurs de processeurs à aligner dans le secteur de l’embarqué RISC 32 bits, faute de volonté de la part d’IBM et Oracle de mettre en avant leurs technologies respectives sur ce marché (PowerPC et SPARC).

La belle affaire est donc ici définitivement anglaise.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les inventeurs hi-tech européens ?