Open Source : SUSE vise une croissance à deux chiffres

Editeurs de logicielsLogicielsOpen SourceProjetsRégulations
nils-brauckmann-michael-miller-suse
3 27 Donnez votre avis

18 % de croissance sur 2015-2016 et probablement plus de 14 % sur l’exercice 2016-2017 : SUSE se porte bien, et ce en Europe comme en Amérique du Nord, qui font maintenant jeu égal en matière de CA annuel.

La conférence SUSECON 2016 se tient actuellement à Washington. L’occasion de faire le point sur l’activité de l’éditeur, spécialisé dans le développement et la commercialisation de solutions Open Source. Depuis le rachat d’Attachmate par Micro Focus en 2014, nous pouvons mettre des chiffres sur les activités de SUSE. Sur son exercice 2016, qui s’est terminé le 30 avril de cette année, Micro Focus détaille en effet les revenus de SUSE.

La société a réalisé un chiffre d’affaires de 253,8 millions de dollars, en croissance de 18,2 %. Le CA réalisé en Amérique du Nord est en rapide progression : +24,3 %, pour 108,6 millions de dollars. Si cette tendance se confirme, ce marché pourrait devenir le premier en valeur pour SUSE. D’ici là, Europe et Amérique du Nord font jeu égal. Ils représentent chacun plus de 40 % du CA total de la société.

Une croissance solide

SUSE est profitable, explique Nils Brauckmann, son CEO. Sur l’exercice 2016, cette branche de Micro Focus affiche en effet un résultat net de 81,4 millions de dollars, en progression de 35 % sur un an.

Certes, SUSE est loin d’avoir la taille d’un Red Hat, mais sa croissance est à deux chiffres, ses investissements continus et son portefeuille de produits en progression. Le Cloud public monte très rapidement au sein de la société. Même s’il est vrai que l’offre SUSE Linux Enterprise reste le principal moteur de la société… en particulier en association avec SAP, un fidèle partenaire.

Concernant le futur, le patron de SUSE se veut prudent. Il indique toutefois que la société a comme objectif de suivre au minimum le taux de croissance du marché Linux, soit +13-14 % selon les dernières prévisions des cabinets d’analyse. Le premier semestre de l’exercice 2017 étant en passe de s’achever, Nils Brauckmann indique avoir suffisamment de visibilité pour penser que la société devrait réaliser son objectif.

Et en Europe ?

Pour l’Europe, nos intervenants sont Ton Musters, vice-président ventes EMEA, et Christophe Le Dorze, Technical Sales Specialist, SUSE France.

christophe-le-dorze-ton-musters-suse
Christophe Le Dorze – Ton Musters

Les marchés français et allemand sont de taille équivalente, quoique relativement différents. Au cœur de l’activité de SUSE en Europe, deux piliers clés : les offres de base, comme SUSE Linux Enterprise ou la solution de gestion des infrastructures SUSE Manager ; les technologies de nouvelle génération, autour du Cloud ou du stockage.

En France, les développeurs sont plus présents, mais aussi d’un niveau technique plus avancé. « Il y a peu de pays où on parle autant de DevOps qu’en France », remarque Christophe Le Dorze. « Beaucoup de projets intéressants viennent de France, où les architectes sont plus matures », confirme Ton Musters.

En ligne de mire, les applications Cloud natives, qui nécessitent l’adoption de nouvelles approches de développement, plus agiles, avec une mise en œuvre massive des microservices et des préceptes issus de la démarche DevOps.

À lire aussi :
Linux + OpenStack : SUSE et Mirantis se rapprochent
SUSE rejoint la Microsoft Enterprise Cloud Alliance
Intel distribue l’OS SUSE Linux avec son offre HPC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur