Orange et Nokia font route commune vers la 5G

4GCloudGestion des réseauxMobilitéOperateursProjetsRéseaux

Orange et Nokia vont mettre leurs ressources en commun pour développer les futurs services radio portés par la 5G.

La semaine dernière, Orange se félicitait d’avoir allègrement franchi les 10 Gbit/s de débit mobile dans le cadre de tests en laboratoire des technologies 5G sur des équipements Ericsson. Mais l’opérateur historique entend bien diversifier ses fournisseurs dans l’optique de déployer ses futurs services 5G. C’est le sens du partenariat mené avec Nokia qui, il y a un an, a avalé Alcatel-Lucent, fournisseur historique de l’ex-Fance Télécom s’il en est.

Les deux entreprises ont signé un nouvel accord de collaboration pour mener une série de développements des futures applications 5G en direction des consommateurs comme des entreprises. Ces solutions s’attacheront à exploiter les débits, la latence et l’agilité des réseaux ou encore le découpage de ses ressources (slincing network) pour déployer des services verticaux. Des avancées technologiques qui permettront aux opérateurs de « prendre en charge davantage de clients et les milliards d’appareils connectés de l’IoT, tout en maîtrisant leur qualité de service, selon Nokia. Les villes intelligentes, les véhicules connectés, les usines et bureaux intelligents, les soins à distance et d’autres services innombrables deviendront alors réalité ». Aucune application concrète n’est cependant particulièrement mise en avant par les deux partenaires aujourd’hui.

Des plates-formes d’innovation communes

Pour donner corps à cette réalité, l’équipementier finlandais fournira ses solutions. A savoir principalement la station de base Flexi, ses technologies d’accès radio AirScale et sa plate-forme datacenter AirFrame. S’y ajouteront des solutions de Cloud d’opérateur et de cybersécurité. Les applications porteront tant sur l’usage de nouvelles bandes de fréquences, que sur l’exploitation du Massive MIMO (multiplication du nombre d’antennes par émetteur) et du Cloud RAN (virtualisation du réseau pour augmenter ses capacités), l’efficacité énergétique du signal (beam forming), le slicing network et, bien sûr, l’Internet des objets (Iot).

Les travaux seront menés à partir de plateformes d’innovation communes qu’Orange et Nokia vont créer en s’appuyant sur les ressources de leurs différents laboratoires de recherche respectifs. Paris-Saclay pour Nokia, Chatillon (Orange Garden) pour Orange, ainsi qu’à Lannion pour les deux (Orange Labs et Nokia Labs). Les laboratoires seront par ailleurs ouverts aux entreprises et start-up locales, ainsi qu’à des fournisseurs d’applications verticales, afin d’enrichir l’écosystème créé autour de la 5G.

Une multitude de services sur une seule infrastructure

« En coopérant avec Nokia, nous préparons l’évolution de nos réseaux 4G vers la 5G, en réunissant une multitude de services sur une seule infrastructure pour offrir une qualité d’expérience adaptée au besoin de chaque service », déclare Alain Maloberti, directeur d’Orange Labs Networks. « Dans le cadre de cette collaboration, nous testerons les applications 5G pour divers segments de marché et nous évaluerons les avantages de la latence ultra-faible et des transmissions très haut débit », ajoute Marc Rouanne, directeur général délégué en charge de l’innovation et des opérations du groupe Nokia. Aucun calendrier de développement et tests des services 5G n’a officiellement été communiqué. La commercialisation des premières offres 5G sont, elles, attendues pour 2020.

A noter que Nokia s’investit également dans l’institut de recherche technologique rennais B-com (b<>com) spécialisé dans les technologies numériques. Ce dernier a notamment déployé une plate-forme d’expérimentation 5G et de cyber-sécurité sur laquelle les équipes de Nokia Labs testent depuis le début de l’année des services de Cloud Computing, d’Internet des Objets, de NFV (virtualisation des fonctions réseaux) et de SDN (réseaux programmables). Créé il y a quatre ans, B-com est aujourd’hui animé par 220 chercheurs désormais répartis sur quatre sites à Rennes, Lannion, Brest et, plus récemment, Paris.


Lire également
Nokia propose une transition graduelle vers la 5G
Nokia et Sprint testent la 5G millimétrique dans un stade
5G et IoT, au cœur des futures architectures réseaux de la France

crédit photo © Kirill Wright – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur