Le rachat de Linkedin par Microsoft étudié par l’Europe

CollaborationLegislationLogicielsRégulations
3 17 Donnez votre avis

Microsoft a déposé son dossier auprès de la Commission européenne afin de valider le rachat de LinkedIn. L’Union doit fournir sa réponse au plus tard le 22 novembre prochain.

Le 13 juin, Microsoft annonçait son désir d’acquérir le réseau social professionnel LinkedIn pour la somme de 26,2 milliards de dollars, soit 196 dollars par action.

La firme américaine vient d’indiquer avoir déposé un dossier auprès de la Commission européenne afin de valider ce rachat sur le continent. Les instances européennes ont jusqu’au 22 novembre 2016 pour donner leur verdict. Soit le feu vert pour cette acquisition, soit une acceptation sous conditions, soit un véto.

Aux États-Unis, les autorités compétentes ont déjà donné leur accord. L’Europe est donc la dernière grande région dont la décision peut être décisive pour cette opération.

Le grain de sable Salesforce

Le problème pourrait venir de Salesforce. La société était en effet sur les rangs pour acquérir le réseau social, aussi crucial pour ses offres de CRM qu’il l’est pour celles de Microsoft (voir « Salesforce s’est fait souffler Linkedin par Microsoft »).

Et la société a visiblement mal accepté le fait de s’être fait ravir LinkedIn par l’éditeur de Redmond. Elle a ainsi demandé aux instances américaines et européennes de s’opposer à ce rachat, qui poserait des soucis en matière de concurrence, selon la société (voir « Salesforce va-t-il saboter la fusion Microsoft-Linkedin ? »). Reste à déterminer quelle influence auront les arguments de Salesforce sur la décision de la Communauté européenne. Réponse d’ici un mois.

À lire aussi :

LinkedIn s’affiche au plus haut, avant de basculer chez Microsoft
Microsoft casse les prix de ses machines virtuelles Azure
Rejoignez la page Silicon.fr sur Linkedin


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur