Sierra Wireless veut faire grossir le marché de l’Internet des objets

ComposantsM2MMobilitéPoste de travailRéseaux
2 1 Donnez votre avis

Sierra Wireless annonce AirPrime WP, une nouvelle génération de composants communicants orientée applicatif, et la carte de design de référence MangOH.

Sierra Wireless tenait son Innovation Summit à Paris le 17 juin dernier. L’occasion pour le spécialiste des modules communicants embarqués et de passerelles sans fil de faire plusieurs annonces autour de l’écosphère Internet des objets. A commencer par une nouvelle génération de modules AirPrime orientée traitement applicatif : la WP Series. Plus petits que les générations précédentes (23×22 mm), construits autour d’un processeur Cortex A5 à 550 MHz avec 128 Mo de RAM et 256 Mo de flash, les AirPrime WP embarquent la connectivité 3G et 4G.

« Nous avons ajouté quelques API pour permettre aux développeurs d’embarquer des services », commente Olivier Pauzet, vice-président marketing stratégie de Sierra. Par exemple, pour l’envoi automatisé de SMS, intégrer des fonctions de sécurité ou encore, dans le cas des WP Series, d’éteindre certaines fonctions pour économiser la consommation énergétique du module. Lequel pourrait, ainsi, être alimenté par panneau solaire. Enfin, les composants conservent le même design Innovative CF3 que les générations précédentes. « Cela permet aux industriels de ne pas avoir à reconcevoir leurs produits pour intégrer les nouveaux modules. » Dans cet esprit, le fournisseur canadien propose également un socket qui, au-delà de faciliter le développement de prototypes, simplifie l’évolution des produits, de la 3G vers la 4G, par exemple.

MangOH, une carte de développement

Cette nouvelle génération de composants se destine aux marché des transports (pour équiper les boîtiers de gestion de commande pour les véhicules connectés), de l’industrie et infrastructure compresseurs, générateurs, smart grid, concentrateur de télérelève…), de l’entreprise (kiosques, boîtiers ATM…) et de la maison connectée. Autant de marchés que les développeurs pourront adresser plus rapidement qu’auparavant avec MangOH. Il s’agit d’une carte de référence, modulaire, capable d’accueillir le module WP, et des connecteurs standardisés qui permettent d’ajouter les composants de communication sous différents protocoles (Wifi, Bluetooth, Zeegbee, Thread, Dust Network…) et des capteurs, ainsi que différentes interfaces de communication. Et même des shield Arduino. MangOH s’accompagne de la plate-forme Legato qui intègre distribution Linux, framework applicatif et environnement de développement pour affranchir les développeurs des problématiques de connexion aux réseaux cellulaires. Totalement ouvert, Legato donne accès au Cloud AirVantage de Sierra pour simplifier les mises à jour et ajouts de nouvelles applications à l’échelle mondiale.

« S’il est très facile de connecter un objet, c’est beaucoup plus compliqué de le rendre stable et de le produire et l’exploiter à l’échelle industrielle. Avec un design ouvert et évolutif, le projet MangOH permet de réaliser des prototypes et lancer des mises en production en quelques semaines contre deux ans en général aujourd’hui », commente Olivier Pauzet. C’est dans cette optique que les industriels TI, Freescale, et Linear ont officialisé leur participation au projet.

Le LTE-M alternative crédible à LoraWAN et Sigfox

L’offre de Sierra se positionne avant tout sur les applications de « gros » traitements de données, loin des solutions à faible volume applicatifs opérées par les technologies comme LoraWAN ou Sigfox pour ne citer que les deux projets les plus en vogues du moment. « On regarde les technologies alternatives, assure le responsable. Mais nous avons pour principe de travailler sur des produits standardisés. » Avant qu’un Lora ou Sigfox s’impose comme un standard de fait que Sierra entendra alors intégrer dans son offre, le fabricant s’intéresse d’abord au LTE-M. Cette nouvelle déclinaison du LTE offrira un réseau basse consommation, avec une forte pénétration et une baisse drastique des coûts des composants. Et sa mise en œuvre ne nécessitera qu’une mise à jour logicielle à partir des réseaux LTE des opérateurs. La standardisation de la release 13 est prévue pour la fin de l’année ou début 2016. Mais sa mise en œuvre risque de prendre encore plusieurs années alors que les technologies alternatives Lora et Sigfox commencent à trouver des marchés.

« L’Internet des objets est un vrai marché, tout un écosystème est en train de se construire aujourd’hui mais les choses vont trouver leurs places au fil du développement de ce marché », analyse Olivier Pauzet. Pour Sierra, la mission sera de « faire grossir le marché en le rendant plus accessible avec le design de référence MangOH ». Implanté dans 130 pays, l’entreprise canadienne détient aujourd’hui 35% du marché des modules communicants cellulaires. Elle emploi près de 1000 salariés et a réalisé 549 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2014.


Lire également
Sierra Wireless s’invite dans la 4G bas débit
Sierra Wireless lance Legato, une plate-forme M2M 100 % open source
Sierra Wireless connecte les succursales à Internet en 4G LTE


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur