Sierra Wireless s’invite dans la 4G bas débit

4GM2MMobilitéProjetsRéseaux

Fournisseur de modules cellulaires embarqués pour objets connectés, Sierra Wireless voit dans la 4G bas débit et basse consommation un nouveau levier de croissance.

Sierra Wireless vient d’annoncer l’acquisition de Wireless Maingate, un fournisseur de services de connectivité M2M (Machine to Machine) et de gestion de base de données basé en Suède. La transaction s’élève à 90 millions de dollars et sera conclue en février 2015. Cette acquisition va permettre à Sierra d’enrichir son offre de services M2M et de mettre la main sur 500 clients en Europe et plus de 500 000 appareils connectés.

100 millions d’appareils connectés

Entreprise canadienne créée en 1993, Sierra Wireless est spécialisé dans les modules cellulaires 2G, 3G et 4G embarqués pour répondre aux besoins de connectivité de nombreux secteurs, dont les réseaux, l’industrie, les transports, l’énergie, l’automobile ou encore le commerce de détails. La société a récemment annoncé avoir vendu plus de 100 millions d’appareils connectés dans le monde. Sierra s’inscrit dans ce cadre comme un acteur majeur du M2M et des objets connectés pour lesquels elle propose une plate-forme de gestion en mode Cloud.

Ses modules SIM équipent aussi bien des PC mobiles (chez Dell, Lenovo, Fujitsu notamment) que des routeurs de backup pour palier l’éventuelle déficience des réseaux filaires (Cisco figure parmi ses plus gros clients) et permet également de déployer rapidement une connexion Internet aux succursales (restaurant, boutiques, points de ventes…) et autres petites entreprises grâce à la 4G.

La 4G basse consommation

Si les capacités à très haut débit des réseaux LTE permettent aujourd’hui de remplacer les liaisons haut débits fixe, « le plus gros du marché est tout ce qui bouge, indique Olivier Beaujard (photo), vice-président market development de l’entreprise canadienne. La 4G amène l’Internet partout ». A commencer par le secteur automobile et la voiture toujours plus connectée. Un marché qui va s’accentuer en Europe avec la mise en place de la norme de sécurité eCall, un système intégré aux véhicules qui contactera automatiquement un centre de secours en cas d’accident routier. Une solution qui doit équiper tous les véhicules neufs à partir de 2017 ou 2018 (la procédure parlementaire d’adoption étant toujours en cours). « Mais les équipementiers sont prêts », assure le responsable. Et Sierra aussi.

Mais si la 4G est intéressante pour le transport des données à haute vitesse et sa faible latence qui permet le déploiement d’applications de nouvelles génération comme les services de vidéosurveillance, « avec une qualité d’image et la possibilité de zoomer inégalées », le LTE intéresse aussi Sierra pour son… bas débit. « Nous travaillons sur la 4G bas débit à basse consommation », déclare Olivier Beaujard. Il fait référence à la norme LTE Catégorie 0 décrite dans la Release 12 du 3GPP, l’association de normalisation des technologies mobiles. Avec des débits inférieurs à 100 Kbit/s, la Cat 0 divise par 10 la consommation énergétique par rapport à celle d’un réseau 2G pour les applications M2M. Surtout, elle est par défaut compatible avec les réseaux LTE déployés (une mise à jour logicielle suffit) ce qui évite le déploiement d’une nouvelle infrastructure ad-hoc comme celles des services de télé-relève sur les fréquences publiques 169 MHz ou 868 MHz. La compatibilité LTE permettra en outre aux acteurs d’envisager un basculement des services M2M de la 2G vieillissante à la 4G innovante dans un futur plus ou moins proche.

Simplifier les modules pour réduire les coûts

Pour Sierra, contributeur actif du 3GPP, concevoir des solutions cellulaires 4G de “Cat-0” revient notamment à retirer des éléments, comme les amplificateurs très gourmands en énergie, mais aussi de minimiser les échanges avec le réseau afin de réduire la consommation et le coût des modules pour tomber à des prix inférieurs à ceux de la 2G, sous les 10 dollars pièce. Les premières solutions devraient arriver au cours de deux prochaines années. Elles visent notamment à alimenter les marchés des compteurs “intelligents” (connectés) des réseaux d’énergie et le développement des smart cities.

Mais Sierra envisage déjà la suite avec le LTE-M, une norme à très basse consommation afin de connecter des objets pour 10 ou 15 ans sur simples piles AA sans nécessiter d’intervention humaine. « Le LTE-M répond au besoin de connexion de tous les objets », résume Olivier Beaujard. Pour lui, l’enjeu est d’arriver à connecter 100 millions d’objets par an pour des modules à moitié prix de ceux en 2G. La norme devrait être définie dans la Release 13 du 3GPP à l’horizon 2016. De son côté, Sierra pourrait présenter ses premiers prototypes LTE-M dès l’année prochaine.


Lire également
Sierra Wireless lance Legato, une plate-forme M2M 100 % open source
Sierra Wireless connecte les succursales à Internet en 4G LTE


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur