Assurance et industrie, Software AG multiplie les partenariats IoT

Business IntelligenceCloudData & StockageDSIEditeurs de logicielsLogicielsMiddlewareMobilitéProjets

L’éditeur allemand Software AG a développé des partenariats avec le groupe Robert Bosch et l’expert en services d’assurance automobile Octo Telematics.

Au cours de l’année écoulée, Software AG a renforcé une série de partenariats de co-développement en matière d’IoT et de projets industriels dits «  4.0 ». Pour Wolfram Jost, CTO de l’éditeur, rencontré à Rome, le marché de l’IoT est colossal. . « C’est la première dans l’histoire que l’on voit autant de sociétés dans des domaines très divers – production manufacturière, banque assurance, etc. – converger vers des ‘roadmaps’ technologiques aussi innovantes », nous a déclaré cet expert.

Bosch : un programme IoT de co-innovation

Avec le géant allemand Bosch, Software AG a noué un partenariat de longue durée, dont le principal objectif est un programme de co-innovation : la construction d’une place de marché, accessible en mode SaaS (Software as a service) depuis un portail sur un infrastructure Cloud.

« Il s’agit d’apporter non pas une plateforme IoT de bout en bout mais des services sur une plateforme IoT ouverte qui puisse être installée comme fondation (« embedded ») exactement comme une offre OEM  apportant des composants fondamentaux », observe Wolfram Jost. Il ne s’agit donc pas de produits : c’est une plateforme pour une démarche d’innovation pouvant rapprocher des clients, des partenaires – y compris des compétiteurs.

IoT Bosch software AG

Technologiquement, le framework repose sur Hadoop et sur une infrastructure Cloud ouverte, avec des services du type « software defined« , flexibles et en continu. « Nous supportons tous les Clouds publics (Google, Azure…)  et les passerelles associées. C’est le client qui doit avoir le choix ».
Pour l’essentiel, le projet utilise des outils d’analyse prédictive, liés à la maintenance, dans une architecture de micro-services. Bosch utilise plusieurs solutions de traitement ‘in-memory’, dont la plateforme SAP HANA sur le Cloud. Mais également une solution ‘in-memory’ de Software AG pour le traitement en temps réel et le stockage de certaines données. L’éditeur de d’Adabas / Natural, d’Aris et de WebMethods fournit également un module universel d’intégration de messages. Pour rappel, Software AG dispose de solutions CEP (complex-event processing, traitement d’évènements complexes), dont Apama, solution de ‘streaming analytics’ acquise en 2013 auprès de Progress Software.

Octo Telematics : l’IoT au service de l’assurance automobile

Octo Telematics Ltd. a été créée en Italie en 2002 par Fabio Sbianchi et s’est développée au Royaume-Uni, puis en Europe et aux Etats-Unis à partir de 2011, et aujourd’hui jusqu’en Russie et en Chine. La firme, dont le siège est à Londres depuis 2015, propose des solutions sur mesure pour le secteur de l’assurance, notamment automobile, grâce à la  collecte d’informations contextuelles sur les collisions de véhicules, ainsi que sur le comportement des conducteurs – cette collecte de données provient principalement de capteurs connectés (IoT).

Le but est clairement de réduire les risques, de prévenir les accidents et d’orienter les offres d’assurance orientées par les usages (UBI, Usage-based insurance,  ou assurances du type « pay-as-you-drive »). Il s’agit en particulier de diminuer et prévenir les risques et de rationaliser le calcul des bonus octroyés aux assurés.

Dès que les capteurs embarqués détectent un force ‘G’ dépassant un certain seuil (freinage brusque, déport brutal, collision, etc.), ils enclenchent une alarme, détectent si le chauffeur et ses passagers sont touchés ou indemnes.

Octo Telematics, qui compte 4,6 millions de souscripteurs, a également développé une application mobile géo-localisée qui utilise aussi les capteurs intégrés aux smartphones, susceptibles de détecter des situations de danger.

A ce jour, la firme a pu analyser les données détaillées de 358 000 accidents automobiles: le lieu, le contexte météo, l’état de la chaussée, le type de collision, le comportement du conducteur, les distances, l’état du véhicule, etc. Ces données sont confrontées à des milliards de « patterns géoréférencés », ce qui permet de construire « une cartographie privée ou personnalisée des risques: et une reconstruction de la collision », explique la firme.

octo telematics

En partenariat avec l’éditeur allemand Software AG, qui, en 2011, a acquis Terracotta, un spécialiste du Big data, des algorithmes et des fonctionnalités analytiques ont été co-développés permettant de reconstituer les accidents.

« Nous sommes dans la capacité d’analyser en 30 secondes une collision et de valider s’il s’agit d’un simple heurt de parechocs ou d’un accident d’une certaine gravité », nous a expliqué à Rome, ce 18 janvier, Gianfranco Giannella, COO d’Octo. Selon lui, les capteurs continuent de gagner en intelligence et cette intelligence devient plus proche grâce au ‘edge cloud‘ (Cloud en périphérie). Mais il souligne également la complexité du traitement car 80% des données provenant de l’IOT seraient « corrompues » à cause du manque de fiabilité de la chaîne d’acquisition des données.

Pour Software AG, il s’agit d’un partenariat à la fois technologique et marketing/commercial. « Le but est de fournir des informations exploitables, pas des ‘data », nous a répété Karl-Heinz Streibich, CEO de l’éditeur.

Ces informations, dont une grande partie relève de la vie privée, donc propriété des assurés, sont soumises au respect de la réglementation (cf. le GDPR dans l’U.E.). Et elles ne manquent pas d’intéresser, on n’en doute pas, les autorités publiques et les agences de prévention des accidents de la route.

A lire aussi :

Software AG a de grandes ambitions dans l’Internet des objets

Avec Digital Platform, Software AG suit les tendances IT