Télégrammes : 148 millions de Windows 10, Netflix piraté, Qowisio chez TDF, le FBI dévoilé

CloudDatacentersLegislationM2MOperateursOSPoste de travailRégulationsRéseauxSécuritéServeurs
1 1 Donnez votre avis

Si les interdictions de manifester au Bourget et sur les Champs-Elysées sont prolongées (jusqu’au 13 décembre), les autorisations de lire les télégrammes du soir sont maintenues.

  • 148 millions de PC sous Windows 10. En quatre mois, Windows 10 a conquis environ 148 millions de machines, selon NetMarketShare (de Net Applications). Soit 9% de part de marché des OS desktop. Windows 10 se rapproche de Windows XP (10,59%) et de Windows 8.1 (à 11,15%, il gagne près de 0,5 point sur le mois) et reste très loin des 56,11% de Windows 7 qui gagne également 0,4 point malgré la marche forcée de Microsoft pour imposer son nouvel OS sur les machines équipées de ces prédécesseurs. Malgré ces efforts, la progression de Windows 10 tend à s’affaiblir de mois en mois. Après un démarrage fulgurant en août avec une part de marché de 5,21 %, le système a gagné 1,4 point en septembre, puis 1,3 point en octobre et moins de 1,1 point en novembre. A ce rythme, pas sûr que le milliard d’appareils équipés de Windows 10 soit atteint pour 2018. C’est en tout cas l’ambition affichée par son éditeur.
  • Protection HDCP : Netflix et Amazon déjà piratés. Pour diffuser leurs séries et productions audiovisuelles en 4K, les services de streaming de Netflix et d’Amazon misent sur une protection par le standard High-Bandwidth Digital Copy Protection (HDCP) – versions 2.2 ou suivante – afin d’éviter les copies illégales. Mais, selon le site TorrentFreak, les contenus ainsi protégés sont déjà disponibles sur des sites de partage illégaux. Ce qui semble indiquer que la protection par HDCP a fait long feu et que les pirates ont trouvé une méthode permettant de contourner la protection.
  • Qowisio se déploie sur TDF. L’opérateur Qowisio vient de choisir TDF pour construire son réseau dédié à l’Internet des objets (IoT). Ce partenariat permettra à l’opérateur d’objets connectés de déployer son infrastructure sur quelques 10 000 sites répartis sur l’ensemble du territoire français et consacrés jusqu’alors à l’hébergement d’équipements télécoms et audiovisuels. Une telle infrastructure devrait faciliter le déploiement du réseau IoT en France de Qowisio, qui a levé 10 millions d’euros en juin dernier à cette fin. Ce qui lui permettra d’opérer une partie des 2 milliards d’objets connectés sur le territoire français à l’horizon 2020, selon les prévisions. Un marché où se sont également positionnés Sigfox, Actility, M2ocity, voire Archos, et les opérateurs nationaux (Bouygues Telecom et Orange pour l’heure).
  • Les réquisitions secrètes du FBI dévoilées. C’est l’issue d’une très longue bataille juridique, qui a duré 11 ans. Pour la première fois, un juge fédéral américain a ordonné, sur la base du premier amendement de la constitution des Etats-Unis, de publier les éléments que le FBI réclamait d’un petit FAI, Calyx Internet Access. Y figurent notamment l’historique de navigation d’un client de Calyx, l’adresse IP de tous ses correspondants et l’enregistrement de tous ses achats en ligne, selon un document publié hier. Pour avoir accès à ces informations, hors procédure judiciaire, le FBI utilise un instrument, la National Security Letter (NSL), qui oblige son destinataire à tenir la procédure secrète. Les services américains utilisent des dizaines de milliers de NFL par an, sollicitant des banques, des vendeurs de voiture, des assureurs, des médecins et donc des FAI ou fournisseurs de services en ligne. Entre 2003 et 2005, le FBI a ainsi émis plus de 143 000 NFL, selon un rapport du département de la Justice américain. La publication de la requête du FBI est le fruit de l’obstination de Nicholas Merrill, qui était président de Calyx en 2004, date du début de l’affaire.
Crédit photo : Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur