Télégrammes : Faille dans le WiFi des box Orange et SFR, Un supercalculateur HPE dans l’espace, la Chine enquête sur ses réseaux sociaux

CloudDatacentersJuridiqueMobilitéOperateursPolitique de sécuritéRégulationsRéseauxSécuritéSurveillanceWifi

Avant de voir Neymar entrer en compétition et retenir son souffle dans la crise entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Le WiFi des box SFR et Orange vulnérables. Notre confrère de Zataz met en garde contre l’usage du WPS sur les box des 2 opérateurs. Cette fonction permet de connecter plusieurs périphériques sans avoir à taper la clé d’authentification. Un script permet de récupérer à la volée des clés d’authentification sans avoir besoin d’appuyer sur le bouton WPS. Le problème vient notamment de l’absence de code PIN (null) permet de récupérer facilement des clés WPA. Certaines box sont touchées dont les Livebox 2 et 3 de chez Orange et Neufbox 4, 6 et 6V pour SFR. Les plus récentes comprennent un vrai code PIN. Le site spécialisé conseille de désactiver WPS, de changer de clé et de cacher son SSID.  

HPE lance un supercalculateur dans l’espace. Le constructeur américain s’est associé avec la NASA pour envoyer le 14 août prochain un supercalculateur dans la station spatiale international, l’ISS. . L’objectif étant que ce système fonctionne parfaitement dans les conditions difficiles de l’espace pendant un an – ce qui est à peu près le temps qu’il faudra pour se rendre sur Mars. Baptisé Spaceborne Computer, HPE indique qu’il comprend des nœuds de même niveau que le premier supercalculateur de la NASA, Pleiades, classé au neuvième rang du Top 500. La firme américaine a bénéficié de la relation privilégiée entre SGI (acquis en août 2016) avec l’agence spatiale américaine.

La Chine surveille ses réseaux sociaux. Le bureau du cyberespace a mis sous surveillance trois réseaux sociaux chinois : le service de chat, WeChat, la plateforme de micro-blogging Weibo et le forum Baidu Teiba. Ils sont accusés de ne pas s’être conformés à la loi sur le cyberespace entrée en vigueur le 1er juin dernier. Selon la BBC, ils ont omis de retirer certains contenus pouvant « compromettre la sécurité nationale ».  Parmi ces contenus, certains seraient liés au terrorisme, à la pornographie ou à d’autres maux. Ce tour de vis intervient après plusieurs actions musclées de la part des autorités chinoises. Fermeture de 60 comptes de célébrités sur WeChat, interdiction et retrait des applications VPN, le « grand firewall » chinois commence à prendre des proportions inquiétantes.  


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur