Télégrammes : Illimité sur demande pour OneDrive Business, MongoDB peu sécurisé, HTTPS par défaut pour Google, Thomson Video Networks racheté par Harmonic

Bases de donnéesBureautiqueCollaborationData & StockageLogicielsSécuritéStockage
1 0 Donnez votre avis

De l’illimité oui, mais pas pour tout le monde. Microsoft a donné sa feuille de route pour son offre de stockage Cloud, OneDrive à destination des entreprises. Les sociétés éligibles à une capacité illimitée de stockage sont celles comptant au moins cinq utilisateurs et clientes des offres Office 365 Entreprise E3, E4 et E5; Office

De l’illimité oui, mais pas pour tout le monde. Microsoft a donné sa feuille de route pour son offre de stockage Cloud, OneDrive à destination des entreprises. Les sociétés éligibles à une capacité illimitée de stockage sont celles comptant au moins cinq utilisateurs et clientes des offres Office 365 Entreprise E3, E4 et E5; Office 365 Secteur Public E3, E4 et E5; Office 365 Education; OneDrive for Business Plan 2 et SharePoint Online Plan 2. Mais toute est question de subtilité de la part de Microsoft. En effet, l’ouverture des vannes va être progressive. La quantité va passer de 1 To à 5 To prochainement. Pour en avoir plus, les entreprises seront obligées d’en faire la demande.

Les bases de données MongoDB ne sont pas sécurisées. C’est en substance le résultat d’une expérience menée par John Matherly, créateur de Shodan, moteur de recherche des objets connectés à Internet. A la suite des tests réalisés par Chris Vickery sur MacKeeper, ce spécialiste a scanné le web et a découvert au moins 35 000 bases de données MongoDB insécurisées. Cela représente un gain potentiel pour des cybercriminels de près de 685 To de données. Le spécialiste pointe du doigt des problèmes de configuration pour expliquer ces faiblesses en matière de sécurité. Il relativise aussi l’impact d’une telle expérience en soulignant que d’autres bases de données sont confrontées à ce problème de configuration comme Redis, CouchDB, Cassandra et Riak.

Google a débuté son indexation des pages HTTPS par défaut. Cette systématisation fait suite à un premier avertissement aux éditeurs de sites en août 2014. Dans un blog, deux ingénieurs expliquaient alors « Pour l’instant, il s’agit juste d’un signal très léger – affectant moins de 1 % des requêtes et comptant moins que d’autres signaux comme la qualité des contenus – parce que nous donnons aux webmasters du temps pour passer à HTTPS. Mais avec le temps, nous pourrions décider de le renforcer, parce que nous aimerions encourager tous les possesseurs de sites Web à passer de HTTP à HTTPS pour que chacun puisse être davantage en sécurité sur le Web ». Il semble que ce temps soit arrivé comme le précise Google dans un post plus récent. La firme de Mountain View donne les indications pour bien être référencé par le moteur de recherche.

Thomson Video Networks racheté par Harmonic. Spécialiste de la compression d’images, la société bretonne Thomson Video Networks est rachetée par son principal concurrent, le groupe américain Harmonic. Ce dernier va débourser 69 millions d’euros pour s’adjuger les 400 salariés de l’entreprise française, installée à Rennes Atalante. Thomson Video Networks, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 53 millions d’euros en 2012 (dernier exercice publié), va rejoindre le numéro un mondial des infrastructures de diffusion vidéo (1 100 salariés, 370 millions de dollars de CA). Ensemble, les deux sociétés devraient donc dominer le marché de la compression vidéo (pour des diffusions par satellites, sur Internet ou sur réseaux mobiles). Le site de Rennes est appelé à devenir un centre de R&D du nouveau groupe, assure Thomson Video Networks dans un communiqué.

Crédit photo :  Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur