Télégr@mmes : Cisco 1 milliard, Andoid M, panne NYSE, patches VMware, cybercriminels démantelés

CloudCyberguerreDatacentersLogicielsMobilitéOS mobilesProjetsSécurité
2 3 Donnez votre avis

Moins plombant qu’un premier service de Novak Djokovic s’abattant sur Richard Gasquet, voici les télégrammes du soir.

Cisco investit au Royaume-Uni. Cisco vient d’annoncer qu’il allait investir 1 milliards dollars au Royaume-Uni sur 3 à 5 ans. L’investissement sera consacré aux développements de start-up dans les domaines de l’Internet des objets (Internet of Things que l’équipementier américain requalifie en Internet of Everything), de la cybersécurité, des villes connectées (smart cities) ou encore de la formation. 1 milliard de dollars, c’est dix fois plus que le budget que Cisco promet pour la France (et qui passe mal). Mais le Royaume-Uni constitue le 2e marché pour l’entreprise après les Etats-Unis.

Android M arrive dans une seconde version pour les développeurs. Le prochain OS mobile de Google dévoilé lors de la conférence I/O est donc mise à jour selon un billet de blog paru hier. Cette mise à niveau promet la résolution de plusieurs dysfonctionnements par rapport à la version antérieure. Les API évoluent aussi, comme l’autorisation pour une application d’utiliser la caméra du smartphone ou de la tablette. Idem pour l’accès aux contacts. Sur le plan interface utilisateur, on notera la disparition du classement des apps par lettres pour un retour au moteur de recherche au sommet de l’écran. Par ailleurs, les développeurs pourront masquer les icônes dans la barre de statut, comme celle du Bluetooth, du Wi-Fi et de la connexion cellulaire.

Nyse : la panne venait d’une mise à jour. Selon le New York Stock Exchange, la panne de plus de trois heures dont il a été victime, paralysant les échanges sur la place boursière, résulte de problèmes associés à une mise à jour logicielle. Celle-ci concernait le mécanisme d’horodatage de ses systèmes connectant vendeurs et acheteurs sur la place boursière. L’update a ralenti les échanges entre les logiciels de trading du Nyse et les systèmes des traders, aboutissant au blocage des ordres des clients. Face à cette situation, la place boursière a décidé de suspendre la cotation à 11h32 mercredi (heure locale), afin de traiter le problème. Les logiciels de trading ont été redémarrés et les systèmes de back-up mis en service. Mais les échanges n’ont repris qu’à 15h10. Les techniciens de la place boursière ont travaillé toute la nuit de mercredi à jeudi pour confirmer le scénario de la panne logicielle, écartant l’hypothèse d’une cyberattaque. Cette piste a été un temps redoutée, la panne du Nyse intervenant quelques heures après celle affectant le système d’information de United Airlines et l’indisponibilité de la homepage du Wall Street Journal.

VMware patche à tout va. VMware vient de sortir une série de patch comblant des vulnérabilités sérieuses dans plusieurs de ses produits, failles pouvant conduire à l’exécution de codes non autorisés, à des élévations de privilèges et à des attaques par déni de service. Workstation et le client Horizon pour Windows sont ainsi affectés par des failles résidant dans la gestion de la mémoire, permettant des attaques par déni de service ou l’exécution de code. Le même bulletin d’alerte avertit d’une faille de Workstation, Player et Fusion autorisant des attaques DDoS sur l’hôte ou le système d’exploitation invité. Un second bulletin détaille une autre faille affectant Workstation, Player et le client Horizon pour Windows. Cette dernière permet une élévation de privilèges sur le système hôte.

Europol démantèle un gang de cybercriminels. Europol et la police espagnole ont démantelé un gang de cybercriminels à Barcelone, entraînant l’arrestation de 9 suspects. Ces derniers sont soupçonnés d’avoir monté un call center illégal afin d’appeler des numéros surtaxés, créés et gérés par des complices, depuis des téléphones volés à des touristes. La police a saisi plus de 100 téléphones et cartes SIM volées, plus de 10 000 euros en cash ainsi que des cartes de crédit ou des équipements informatiques… Le préjudice total est évalué à 2 millions d’euros.

Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur