Thunderbird en passe de trouver un repreneur ?

CollaborationLogicielsOpen Source
4 3 Donnez votre avis

Software Freedom Conservancy et The Document Foundation restent les deux candidats les plus crédibles pour une reprise du client de messagerie Thunderbird.

Fin 2015, Mozilla avait indiqué souhaiter se séparer de son client de courrier électronique Thunderbird afin de se concentrer sur le navigateur web Firefox (voir à ce propos notre précédent article « Mozilla veut se débarrasser de Thunderbird »).

Un rapport a été commandé par la Fondation Mozilla à Simon Phipps, figure bien connue du monde Open Source, afin de déterminer quel serait le meilleur repreneur pour cette offre. Simon Phipps rappelle tout d’abord que c’est dès 2012 que Mozilla a commencé à écarter Thunderbird de sa feuille de route.

Thunderbird a depuis essayé de suivre le rythme imposé par Firefox. Rappelons en effet que les deux logiciels partagent le même moteur interne, Gecko. Une chance pour le client de messagerie, qui dispose ainsi de fondations solides, mais également un risque. Tout retard se traduit en effet par l’utilisation de versions de Gecko potentiellement touchées par des failles déjà corrigées dans Firefox. Une aubaine pour les pirates. Faute de moyens, l’écart entre les deux logiciels tend à se creuser : Thunderbird 45 est ainsi sorti plus d’un mois après Firefox 45 (lire « Mozilla Thunderbird passe enfin en version 45 ! »).

Autre souci, Gecko finira par disparaître de Firefox, qui s’axe sur le trio Rust, Servo et Browser.html (voir « Navigateur : Mozilla va tester le couple Servo+Browser.html en juin »). Une plate-forme qui ne laisse que peu de place à Thunderbird, qui devra être totalement réécrit pour pouvoir espérer l’utiliser. Il est donc plus qu’urgent pour ce projet de se trouver un repreneur.

Thunderbird chez SFC, TDF ou MoFo ?

Trois candidats émergent. Le premier est Software Freedom Conservancy (SFC), qui a accepté de prendre en charge ce projet et d’assurer la mise en place d’une fondation indépendante autour de Thunderbird. Software Freedom Conservancy soutient déjà plusieurs projets Open Source, dont le webmail Bongo.

Le second candidat est The Document Foundation (TDF). Une organisation située en Allemagne, qui gère un projet d’importance, la suite bureautique LibreOffice. Deux éléments stratégiques. Tout d’abord parce que l’Allemagne héberge la plus large communauté d’utilisateurs du client de messagerie. Mais aussi parce que les liens entre LibreOffice et Thunderbird ont toujours été très forts.

Le troisième et dernier candidat est la Mozilla Foundation elle-même. Quoique centrée aujourd’hui sur des problématiques Internet au sens large, elle n’exclut pas d’assurer le développement du logiciel d’e-mail. Un nouvel accord devra toutefois être trouvé au préalable.

Fondation ou composant de LibreOffice ?

Il est toutefois peu probable que la ‘MoFo’ se charge du développement futur du projet. Restent donc deux acteurs : d’un côté SFC, qui se propose de créer une formation indépendante autour de cet outil, et de l’autre TDF, qui devrait opter pour un rapprochement avec LibreOffice. Deux stratégies différentes.

Notez que Simon Phipps cite d’autres potentiels repreneurs pour Thunderbird : Apache Software Foundation, Gnome Foundation, Software In The Public Interest ou encore une potentielle future Thunderbird Foundation.

À lire aussi :

Firefox 45 fait le ménage dans ses failles et fonctionnalités
Password Manager, nouveauté majeure de Firefox pour iOS 3.0
Sous Android, Firefox pourra afficher des pages web hors connexion


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur