VMware pourrait supprimer 900 postes

CloudRégulationsServeursVirtualisation
3 37 Donnez votre avis

Selon la presse américaine, VMware pourrait annoncer cette semaine un plan de licenciement qui pourrait toucher 900 postes, soit 5% de sa masse salariale.

Est-ce une conséquence du rachat d’EMC par Dell ou un signe plus inquiétant sur la santé financière de VMware ? Toujours est-il que selon notre consoeur Dina Bass de Bloomberg qui cite une source anonyme, le spécialiste de la virtualisation pourrait annoncer cette semaine un plan de licenciement. Ce dernier porterait sur environ 900 postes, soit 5% de la masse salariale. VMware comprend actuellement 18 000 employés. Cette annonce devrait intervenir quelques jours après l’annonce des résultats de la firme, selon la même source.

Sans préjuger des résultats trimestriels de VMware, la filiale d’EMC est sous pression à la fois de la concurrence et aussi de la part des actionnaires. Sur le premier point, la technologie de virtualisation commence à être impactée par la montée en puissance d’autres solutions comme les conteneurs dont le chef de file est Docker. On peut également citer la forte croissance des solutions d’hyperconvergence comme Nutanix. La semaine dernière, le responsable des activités datacenters de Dell France nous expliquait que « VMware a un succès mitigé sur Evo:Rail et qui maintenant se concentre sur vSAN auprès des entreprises qui semble avoir plus d’écho favorable ».

Des actionnaires épidermiques

L’autre point réside dans la pression des actionnaires. Depuis l’annonce du rachat d’EMC, le cours de actions VMware n’a cessé de chuter. Dell a bien élaboré un scénario pour soutenir le cours de bourse. Le constructeur Texan a indiqué dans un courrier à la SEC qu’il a la possibilité de racheter pour l’équivalent de 3 Md$ de titres VMware créés à l’occasion du rachat d’EMC. Les actionnaires restent néanmoins circonspects et ont fait savoir à Dell qu’ils n’accepteraient pas n’importe quelle stratégie, comme le montre le refus de créer une joint-venture à 50-50 sur Virtustream dans le secteur du Cloud.

Ce plan de licenciement s’il se confirmait, s’inscrirait dans une démarche plus globale au niveau d’EMC. En effet, au début janvier, on apprenait que le spécialiste du stockage comptait lancer une opération de restructuration, qui devrait se traduire par une réduction des coûts de 850 millions de dollars par an. Des suppressions de postes étaient bien évidemment au menu sans pour autant en connaître le niveau.

A lire aussi :

Dell + EMC : naissance d’un géant des infrastructures face à HP
Avant d’absorber EMC, Dell pourrait mincir

Crédit Photo : Duac Duo -Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur