Alcatel Lucent : 15.000 postes supprimés, dont 900 en France

Régulations
Alcatel-Lucent logo

L’équipementier réseau Alcatel Lucent va réduire sa masse salariale de près de 14%. La France sera durement touchée, avec la fermeture de 4 (voire 5) sites, le départ de 900 personnes et la reconversion de 900 autres.

La masse salariale d’Alcatel Lucent devrait brusquement chuter dans les mois à venir. L’équipementier télécoms, en pleine tourmente, devrait en effet annoncer ce matin la suppression de 15.000 postes de par le monde. À ajouter aux 5 490 départs programmés pour l’année 2013 (Lire « Alcatel-Lucent supprime 5 490 postes dont 1 430 en France »).

Le plan qui sera présenté par la firme devrait toutefois faire état de 5 000 embauches, ramenant ainsi le nombre net de suppressions de postes à 10.000. La somme de ces opérations fait que les effectifs d’Alcatel Lucent devraient passer de 76 000 fin 2012 (72.000 actuellement) à environ 62 000 personnes.

900 postes en France

Selon Les Echos, 900 départs seraient prévus en France, soit 10% des effectifs locaux. 900 autres devraient être touchés « soit par le biais de mutations en raison de fermetures de sites, soit par l’externalisation de certains postes comme dans les services informatiques ».

Dans le premier cas, des mutations sont à attendre. Dans le second, les salariés pourraient être embauchés par les prestataires, précise le quotidien économique (rappelons que la production informatique a déjà été externalisée à HP en 2009). À noter qu’en parallèle 200 embauches seront faites en France.

Côté sites, c’est la débandade. Ceux de Toulouse et Rennes vont fermer ; ceux d’Eu et Ormes seront cédés ; celui de Suffren sera relocalisé hors de Paris ; l’avenir de celui d’Orvault semble compromis. Restent deux rescapés : Villarceaux (R&D) et Lannion (mobiles et réseaux).

Crédit photo : © Silicon.fr


Voir aussi
Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT

Alcatel-Lucent Bell Labs Open Days 2013

Alcatel-Lucent Bell Labs Open Days 2013

Image 8 of 17

Transport fibre optique
Pour atteindre cet exploit, les chercheurs sont revenus à une technique PDM-QAM8 au lieu du PDM-QAM16 (au taux d'erreur plus élevé qu'en 8QAM) en associant deux lasers (2x200G) pour augmenter le nombre de phases. La multiplication des lasers est la voie qu'entend suivre Bell Labs pour atteindre le Tbit/s.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur