AMD détaille un peu plus sa puce ARM 64 bits pour serveur

Composants

AMD vient de donner des informations détaillés sur sa première puce ARM pour serveur : la A1100 Opteron « Seattle ».

Après le kit de développement, AMD vient de donner un aperçu plus détaillé sa puce ARM pour serveur. Connu sous le nom A1100 Opteron « Seattle », cette puce est la première en version 64 bits proposée par le fondeur.

Dans le détail, il s’agit d’une puce comprenant 8 cœurs ARM Cortex-A57 disposés en 4 paires et chaque paire partage 1 Mo de cache niveau 2. Les 8 cœurs partagent 8 Mo de cache de niveau 3. Deux contrôleurs mémoire prennent en charge à la fois la DDR3 et la DDR4, autorisant une capacité de 128 Go de mémoire ECC maximale.

Les cœurs disposent tous d’un ensemble d’options pour les entrées/sorties. Le SoC comprend 8 accès PCIe 3.0 pour les cartes d’extension et 8 accès SATA 3.0 pour le stockage. Le connectivité réseau embarque deux contrôleurs 10GBASE-KR (un standard spécifique pour les serveurs et les routeurs).

Une puce en attente de livraison

Le SoC comprend également quelques autres éléments de traitement comme un coprocesseur cryptographique qui accélère le chiffrement AES, les courbes elliptiques, le chiffrement RSA, le hachage SHA et la compression/décompression zlib. Autre brique de traitement, le SCP (system control processor), qui est une puce Cortex A5 intégrant sa propre RAM, ROM et système I/O. Un SoC sur le SoC en quelque sorte. Le SCP contrôle la gestion de l’alimentation de la puce, réalise la configuration initiale et le démarrage et peut être utilisé pour la bonne tenue du système. Il dispose de sa propre connectivité externe, comme le Gigabit Ethernet, I2C et des ports séries. Enfin, il intègre la technologie TrustZone d’ARM pour rester isolé du logiciel s’exécutant sur la puce 8 cœurs Cortex A-57.

AMD n’a pas encore livré de puces ARM 64 bits pour serveur, mais prévoit une commercialisation d’ici à la fin de cette année. Le fondeur attend de voir le niveau de la demande pour lancer la production. Une stratégie déjà appliquée pour les puces sur mesure à destination de la Xbox ou de la Playstation.

crédit photo © AMD

A lire aussi :

AMD mise sur les serveurs SeaMicro pour déployer massivement OpenStack

AMD veut fédérer ARM et x86 avec le projet SkyBridge

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur