Bourse : le CAC s’effondre

Cloud

Les places boursières européennes n’ont pas résisté à la publication des prix à la consommation aux États-Unis. Supérieurs aux attentes, ils relancent la crainte de l’inflation et donc d’un nouveau resserrement monétaire. L’indice vedette de Paris est revenu se placer à proximité des 4900 points

En augmentant de 0,6 % en avril, contre 0,4 % en mars et un consensus des économistes à 0,5 %, les prix à la consommation aux États-Unis ont progressé plus rapidement qu’attendu. Sur un an, ils ont augmenté de 3,5 %, et de 2,3 % hors alimentation et énergie. Une vague de catastrophisme a emporté Wall Street, puis l’ensemble des places boursières à l’énoncé de ces chiffres.

Une seule valeur a su tirer profit de la publication, le dollar, qui a repris du terrain face à la devise européenne, à 1,2753 dollar pour 1 euro à la clôture de Paris. À la Bourse de Paris, la matinée passée dans le vert n’aura fait qu’illusion? Les valeurs ont été embarquées par la vague négative en provenance de Wall Street qui a fait chavirer, puis sombrer dans le rouge en catastrophe, l’ensemble des places boursières du monde. Le CAC 40 s’est effondré de -3,18 % à 4.920,31 points. À ce rythme, les gains enregistrés depuis le début de l’année vont être rapidement effacés ! Démarrée de l’autre côté de l’Atlantique, la chute des places boursières a aussi fortement touché le marché américain, mais avec une ampleur plus faible. À la Bourse de New York, le Dow Jones a chuté de -1,88 % à 11.205,61 points, et le Nasdaq de -1,50 % à 2.195,80 points. La tendance à la hausse des prix n’est pas exclusive aux États-Unis. Eurostat a annoncé que les prix à la consommation sur la zone euro ont augmenté de 0,7 % en avril, et 0,4 % hors alimentation et énergie. Après les 0,6 % et 0,3 % enregistrés en mars, l’inflation sur la zone euro ressort à 2,4 % et 1,6 % sur une base annuelle. C’est certes conforme aux attentes des économistes, mais l’inflation reste élevée, ce qui pourrait entraîner aussi une réaction de la Banque centrale européenne. La baisse de 100 000 barils des stocks de brut aux États-Unis, bien symbolique, a limité le repli du cours du baril de brut léger à 68,69 $. À l’exception notable de EADS, qui a profité d’un relèvement de sa recommandation, d’Infogrames dont le titre progresse de 1,39 %, de Steria 0,75 %, Gemplus 0,46 %, et Unilog qui est resté étal, la quasi-totalité des valeurs a plongé dans le rouge. La chute a été rude pour les valeurs technologiques. Altran -5,91 %, Alcatel -5,28 %, Capgemini -4,72 %, Iliad -4,05 %, Alten -3,90 %, STMicroelectronics -3,82 %, Ubi Soft -3,80 %, Dassault Systèmes -3,09 %, France Télécom -3,03 %, GFI Informatique -2,89 %, Sopra Group -2, une des ligne le 1000 en elle les est ni il le monde le ligne ligne se vit de 49 %, Atos Origin -1,41 %, Thomson -1,37 %, Soitec -1,31 %, Oberthur CS -1,22 %, Axalto -1,03 %. À Wall Street, après la publication de ses résultats trimestriels supérieurs aux attentes, et ayant rassuré les marchés sur ses prévisions, le titre Hewlett-Packard a terminé sur une forte hausse de 3,38 %, exceptionnelle dans le climat qui a dominé les marchés. L’équipementier des semi-conducteurs Applied Materials n’a pas eu la même chance, et le titre a plongé de -5,15 % malgré ses résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Chiffre d’affaires en progression de 20 % à 2,25 milliards de dollars, bénéfice en hausse à 413 millions de dollars ou 25 cents par action, supérieur aux 23 cents attendus. Mais surtout, le groupe a révisé à la hausse ses prévisions pour le trimestre en cours, ce qui pour une fois n’a pas séduit les investisseurs trop préoccupés par ailleurs. Profitant du règlement d’un litige avec IBM, l’éditeur Compuware a publié des résultats trimestriels nettement supérieurs aux attentes, malgré un léger repli de ses revenus. Le titre s’est replié de -0,55 %. À l’image de leurs homologues européennes, les valeurs technologiques américaines ont largement terminé dans le rouge. Amazon.com -3,51 %, Aadobe -3,41 %, Yahoo. 2,80 %, eBay -2,54 %, Electronic Arts. 2,45 %, Oracle -2,40 %, Intel -2,10 %, Symantec -1,39 %, Microsoft -1,22 %, IBM -1,08 %, Dell -0,63 %, Cisco -0,15 %. Sun a gagné 1,10 %, Google 0,86 %, Apple 0,43 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur