Bourse : les technos ont participé au rebond

Cloud

La décision de la BCE de maintenir ses taux directeurs a fait bondir les
places boursières européennes et reculer l’euro. Les valeurs technologiques en
ont profité pour prendre de l’avance

Statu quo de la part de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui maintient ses taux directeurs jusqu’en février. Le discours de son président, Jean-Claude Trichet, laisse cependant entrevoir une probable hausse de ses taux après cette échéance, en mars.

La surprise du jour, inattendue, est revenue à la Banque d’Angleterre qui a relevé ses taux directeurs. Londres s’est reprise et a terminé en positif dans le sillage de ses valeurs minières tandis qu’à l’inverse du pétrole le cuivre s’est inscrit à la hausse.

La BCE a encouragé la forte hausse de la Bourse de Paris, qui a franchi la barre des 5600 points. Le CAC40a bondi de 1,96 % à 5.609,80 points.

De l’autre côté de l’Atlantique, c’est la chute du cours du pétrole qui a soufflé un vent d’optimisme sur la Bourse de New York et fait grimper le dollar, sans oublier l’effet technos. Le Dow Jones a progressé de 0,59 % à 12.514,98 points, nouveau record historique en clôture, et le Nasdaqdes valeurs technologiques a bondi de 1,04 % à 2.484,85 points.

A Wall Street, le repli des valeurs pétrolières avec la chute du cours du pétrole est à l’origine d’un regain d’intérêt pour les valeurs technologiques, qui redeviennent un des moteurs de la Bourse américaine.

Si la décision de la BOE (Bank of England) a permis la livre sterling de se redresser face au billet vert, celle de la BCE a renforcé au contraire la tendance sur l’euro, qui a continué de se replier face au dollar, à 1,2894 dollar pour 1 euro.

Le cours du pétrole a continué de se replier fortement, passant sous la barre des 52 dollars (soit un repli de -15 % depuis le début de l’année) en continuant de profiter d’un hiver inhabituellement doux dans l’hémisphère Nord. Le baril de brut léger s’est négocié à 51,88 dollars au Nymex. Mais les valeurs pétrolières misent sur le retour d’un courant acheteur, une perspective qui leur a permis de se redresser.

Les valeurs technologique ont suivi, voire anticipé le mouvement haussier du marché. Iliad a progressé de 4,32 %, Ubi Soft 3,53 %, Alcatel-Lucent 3,13 %, Dassault Systèmes 2,83 %, Infogrames 2,70 %, GFI Informatique 2,28 %, Atos Origin 2,26 %, Business Objects 2,24 %, Vivendi 2,00 %, Steria 1,81 %, Capgemini 1,50 %, France Télécom 1,01 %, Thomson 0,97 %, EADS 0,84 %, STMicroelectronics 0,75 %, Alten 0,70 %, Oberthur CS 0,58 %, Gemalto 0,05 %.

On notera le repli de Sopra Group -0,32 %, Soitec -0,59 %, Gemplus -1,32 % et Altran -2,72 %.

A Wall Street, le conflit engagé autour du nom ‘iPhone‘, déposé par Cisco en 2000 mais retenu par Apple pour son nouveau téléphone, a mis fin à la progression de ce dernier. Si Cisco Systems a modestement progressé de 0,03 %, Apple a reculé de -1,24 %.

Les technos nouvelles vedettes de Wall Street, ont de nouveau tiré les marchés américains à la hausse. Microsoft a gagné 3,51 %, eBay 3,17 %, Sun 2,33 %, Google 2,10 %, Intel 1,86 %, Yahoo 1,74 %, Adobe 1,68 %, Amazon.com 0,67 %.

En repli sur les prises de bénéfice, Applied Materials -0,05 %, Symantec -0,65 %, Dell -1,21 %, Oracle -2,14 %, Electronic Arts -2,25 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur