Bourse : Orange chute sur une rumeur

Cloud

Séance du 3 avril : les accords en cours sur les télécoms européens pèsent sur France Telecom et STMicroelectronics n’atteindra pas ses objectifs. Quant aux Etats-Unis, ils feront la guerre à la Corée du Nord -disent de nouvelles rumeurs

La Bourse de Paris a continué de s’inscrire en hausse, mais à un rythme plus modéré. Le CAC40 s’est maintenu en progression, gagnant 1,63% à 2.788,69 points. L’approche du week-end, généralement favorable aux séances du vendredi, permettra-t-elle à l’indice parisien de franchir la barre des 2.800 points ?

Entraînant les valeurs logiciels, Business Objects bondit de 11,79% à 17,45 euros. Atos Origin suit de 6,45% à 26,75 euros, ainsi que Dassault Systèmes, qui progresse de 5,83% à 22,89 euros. EADS repart en hausse, 4,14% à 7,80 euros. Vivendi Universal, qui a versé 5,6 millions d’euros en 2002 à son ex Pdg Jean-Marie Messier, a levé environ 1,2 milliards d’euros d’obligations à haut rendement, et à 7 ans. Les rumeurs font plonger Orange et France Telecom L’agence Reuters a relayé une rumeur selon laquelle l’opérateur télécoms n’aurait enregistré que 30.000 abonnements en France au premier trimestre, en nette rupture avec le rythme de 100.000 abonnés auquel il nous avait habitué. Une tendance qui se présenterait aussi en Grande-Bretagne. Une autre rumeur, plus sérieuse celle là, anticipe l’annonce d’un partenariat entre T-Mobile, Telecom Italia et Telefonica Moviles. Une alliance qui cible le développement de services de téléphonie mobile en Europe. Et qui accessoirement a pesé sur le titre de France Telecom et de ses filiales. Orange enregistre la plus mauvaise performance du CAC40, avec une chute de 5,98% à 7,39 euros, immédiatement suivie par France Telecom qui a perdu 4,84% à 18,50 euros. L’offre de souscription sur l’augmentation de capital de l’opérateur prend fin aujourd’hui, vendredi. Wanadoo joue la solidarité, et chute de 2,50% à 5,47 euros. Résultats attendus en baisse pour STMicroelectronics Trois semaines avant la présentation officielle de ses résultats, le groupe franco-italien STMicroelectronics, numéro 1 européen des semiconducteurs, a présenté des résultats préliminaires inférieurs aux prévisions pour le premier trimestre 2004. Le chiffre d’affaires serait de 1,618 milliard de dollars, alors que le consensus était de 1,66 milliard. Un résultat qui enregistre cependant une très nette progression par rapport au premier trimestre 2002, avec à l’époque un chiffre d’affaires de 1,36 milliard de dollars. Cette annonce a créé la surprise, mais sans entraîner la chute du titre à Paris, où il s’est jusqu’à présent plutôt bien comporté. Il gagne 0,60% à 18,43 euros. STMicroelectronics a précisé que cette faiblesse prenait son origine dans les retards de commandes en mars sur la plupart de ses marchés, à l’exception des produits numériques grand public. L’Amérique ouvrirat-elle un nouveau front en Corée du Nord ? L’intervention d’un émissaire de l’ONU, qui a fait état d’un risque de guerre entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, a jeté un froid sur Wall Street, déjà ébranlé par la publication d’indices décevants. La Bourse de New York s’est inscrite en léger repli. Le Dow Jones trébuche de 0,54% à 8.240,38 points, tandis que le Nasdaq joue l’étale en perdant symboliquement 0,01% à 1.396,58 points. Même si la guerre en Irak se déroulait selon les attentes des observateurs, l’économie n’en serait pas moins en difficultés, ainsi qu’en atteste l’ampleur de la chute de nombreux indices, tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Mais le “leader du monde libre y est beaucoup plus sensible. L’indice ISM non facturier américain ressort à 47,9 en mars. Il était de 53,9 en février, et les économistes attendaient un 52. Le taux de chômage et du salaire horaire moyen est attendu pour vendredi, mais d’or et déjà les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont élevées à 445.000 au 29 mars, contre 407.000 la semaine précédente.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur