Bourse: Wall Street accueille mal le plan bancaire Geithner, l'Europe plonge

Cloud

Fin de journée très morose partout. Aux Etats-Unis, les investisseurs doutent du plan de relance

Visiblement, le plan présenté à Washington par le Secrétaire du Trésor Timothy Geithner et visant à soulager les banques, à hauteur de 500 millions de dollars, de la dépréciation de leurs actifs ‘pourris’ ne convainc pas.

Du coup, les valeurs financières ont fortement décroché, entraînant tout Wall Street à une forte baisse.

Le Dow Jones s’est inscrit en forte baisse de 4,62% cédant 382 points, à 7.888,88 points.

Le Nasdaq (valeurs technologiques) a reculé de 67 points, soit 4,20%, à 1.524,73 points.

Le plan voté par le Sénat prévoit également de débloquer 1.000 milliards de dollars de prêts aux entreprises et aux ménages, en coopération avec la Réserve banque fédérale.

Ce plan est considéré comme alambiqué, brouillon et brumeux“, selon le commentaire d’un président de société de gestion d’actifs de San Francisco cité par Reuters.

Le plan prévoit pourtant quatre axes clés: 1- mise en place d’un tests de charge (stress test) en vue d’assainir et de renforcer les bilans des banques, 2- constitution d’un fonds public/privé chargé d’absorber les actifs toxiques du marché, 3- apport, avec la Banque Fédérale, d’un soutien aux ménages et aux PME via l’octroi de prêts pour un total pouvant atteindre 1.000 milliards de dollars, 4- lancement d’un programme immobilier destiné à stabiliser le secteur.

Dans une interview sur la chaîne ABC, le président Barack Obama a rétorqué que Wall Street semblait espérer une solution trop facile pour sortir de la crise et il a ajouté qu’une telle solution n’existait pas, au moment où les Etats-Unis ne se trouvent pas “dans une récession ordinaire mais dans une parfaite tempête“.

Le Sénat américain devait voter la nouvelle version du plan budgétaire, évalué à 838 milliards de dollars.

Mais les investisseurs ont préféré empocher leurs bénéfices suite au rebond d’hier.

Du coup, Bank of America a chuté de -19,30%, Citigroup de -15,19%, JPMorgan Chase de -9,75% et Wells Fargo de -14,22%.

Conséquence : l ‘Europe, avec le décalage horaire, a connu une sévère dégringolade en fin de séance. L’Euro STOXX 50 a reculé de son côté de -3,4%, alors que Francfort a reculé de -3,5% et Londres de -2,2%.

et l’indice DJ Stoxx paneuropéen des banques a également reculé: -1,94%.

A Paris, l’indice CAC 40 a cédé 114 points en une demi-heure de temps (!), soit -3,64% à 3.020 points, dans un modeste volume d’échanges de 2,617 milliards d’euros. La glissade est intervenue vers 17H, juste après l’annonce du plan du Trésor américain.

La production industrielle en France a chuté de -1,8% en décembre par rapport à novembre.

Les opérateurs de bourse se demandent si le plan d’aide au secteur automobile (7,2MdsE au total) va recevoir l’aval de la Commission européenne. Mais, en fin de soirée, on a appris que Renault refusait le prêt de 3 milliards, avec les conditions.

Toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé dans le rouge. Même celle considérées comme refuges ont reculé, à l’instar de France Télécom à -1,47% à 18,13 euros.

Seul Eutelsat a gagné +4,08% après l’annonce d’un résultat net de 135,2 millions d’euros au premier semestre, en hausse de 52,8% , et un chiffre d’affaires en progression de 7,9%.

Atos Origin a glissé de -4% alors que l’on attendait la confirmation de la nomination de Thierry Breton, ex ministre de l’Economie, comme p-dg.

___

A Paris, évolution des cours (titres “technologiques”, CAC 40), ce 10 février 2009, en valeur, et évolution par rapport au 9 février (en pourcentage).SOPRA GROUP 32.000 inchangé –

. en baisse:

GFI 2.595 -0.38%

ALCATEL-LUCENT 1.428 -1.18%

FRANCE TELECOM 18.130 -1.47%

INGENICO 13.300 -1.81%

GROUPE STERIA 9.500 -2.16%

CAP GEMINI 28.375 -2.54%

ILIAD ( FREE ) 67.000 -2.55%

ALTEN 13.400 -2.86%

STMICROELECTRONICS 4.330 -3.00%

DASSAULT SYSTEMES 30.445 -3.13%

GEMALTO 19.51 -4.36%

ATOS ORIGIN 20.420 -4.40%

SOITEC SILICON 2.728 -4.62%

ALTRAN TECHNOLOGIES 2.599 -5.49%

Sources: AP, AFP, Reuters, Cercle Finance, Boursorama, Agence de Presse Magazine/Silicon.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur