BouyguesTel veut mettre le BlackBerry entre les mains du grand public

Cloud

L’opérateur y associe un forfait Internet mobile à haut débit annoncé comme illimité mais qui en réalité ne l’est pas

L’internet mobile est décidément à la mode. Après la grande offensive de SFR avec ses forfaits HSDPA ‘Illymythics’ qui offrent pour la première fois une consommation data véritablement sans limite, Bouygues Telecom y va également de son offre.

Le troisième opérateur mobile propose déjà l”illimité avec ses forfaits iMode. Mais voulant sortir du monde cloisonné du service de DoCoMo, le groupe lance aujourd’hui une offre articulée autour des très populaires BlackBerry.

BouyguesTel va ainsi distribuer deux terminaux de RIM (le 8100 et le 8120) qu’il destinera pour la première fois au grand public et non plus aux seuls professionnels. Ca tombe bien : ces deux modèles ont justement été développés pour le grand public. “Nos clients nous demandent de l’internet mobile et des smartphones à la pointe : nous répondons à leur demande”, s’enthousiasme Martin Perronet, directeur marketing de l’opérateur. Les BlackBerry seront proposés en boutique à partir de 9 euros (en promotion).

Un forfait annoncé comme illimité est associé à ces terminaux. Pour 11,90 euros par mois (pour un ou deux ans d’engagement, en plus d’un forfait voix, les deux premiers mois sont gratuits), l’offre permet de consulter librement ses mails et de surfer sur Internet…., le tout avec une limite de 50 Mo mensuels. Une restriction qui met du plomb dans l’aile à l’illimité selon Bouygues et qui pourrait même s’apparenter à de la publicité mensongère (les publicités autour de ce forfait insistent bien sur l’aspect illimité et l’usage ‘sans contrainte’ de l’offre).

L’accusation agace un peu l’opérateur qui considère avoir l’argument massue : “La technologie BlackBerry permet de compresser les mails et les pages Web. 50 Mo par mois, c’est consulter 350 pages Web ou recevoir plus de 5.000 mails (sans pièce jointe). C’est largement suffisant et d’après nos études, cette limite est rarement atteinte, même en entreprise. Mais s’il faut repousser cette limite, nous le ferons”, explique Martin Perronet. Sauf que l’usage appelle l’usage, surtout en grand public, et que l’argument illimité est bel et bien mis en avant…

Pourquoi avoir brider à 50 Mo alors que la concurrence commence à lever ces barrières ? “Nous voulons tout simplement évier les abus comme transformer son terminal en modem haut débit ou s’en servir pour faire du P2P ou de la VoIP”, poursuit le responsable.

Concernant la vitesse de transmission, BouyguesTel insiste sur Edge (2,5G) alors qu’il vient de lancer son réseau 3G+. Si Edge permet une bonne couverture (95% de la population) et un confort correct, il peut être vite limité pour des usages plus multimédia de l’Internet mobile. Mais ce choix s’explique par le manque de terminaux HSDPA et par le fait que RIM, le fabricant du BlackBerry, n’en propose pas… Pour autant, face à Orange et SFR qui misent sur la 3,5G, l’offre de Bouygues Telecom risque d’avoir du mal à s’aligner.“Edge répond parfaitement aux usages actuels de l’Internet mobile”, rétorque l’opérateur.

En tout cas, cette offre fait un heureux : RIM qui poursuit ainsi sa stratégie de diversification. Avec 10,6 millions d’utilisateurs dans le monde, le fabricant canadien attaque depuis plusieurs mois le marché grand public et la sauce commence à prendre.“Il y a neuf mois, nous comptions 26% de clients non entreprise, aujourd’hui, nous atteignons 30%”, se félicite Arnaud Bret, directeur commercial, relation avec les opérateurs Europe de RIM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur