Brevets : nouvelle lourde amende pour Vonage

Cloud
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

Les ennuis continuent pour le spécialiste américain de la VoIP

Vonage est à nouveau condamné pour violations de brevets. L’opérateur américain qui s’est spécialisé uniquement dans la VoIP semble prendre des libertés avec les brevets de ses concurrents.

Ce mardi, la justice américaine a estimé que Vonage avait sciemment violé sept des brevets déposés par son concurrent Sprint-Nextel et a condamné l’opérateur à verser des dommages et intérêts de 69,5 millions de dollars.

La direction de Vonage a déclaré qu’elle ferait appel de ce jugement. « Nous sommes déçus que la justice n’ait pas reconnu que nos technologies sont différentes de celles de Sprint Nextel », déplore, Sharon O’Leary, directeur juridique de Vonage, dans un communiqué.

Vonage échappe néanmoins au pire. Le juge aurait pu ordonner la suspension partielle ou totale de ses activités.

Ce n’est pas la première fois que Vonage est pris par la patrouille. Plus tôt dans l’année, la start-up avait perdu un procès intenté à son encontre par le géant Verizon. Le groupe l’accusait très ouvertement d’avoir violé des brevets portant sur des fonctions de convergence « fixe mobile « .

Il s’agirait notamment de techniques permettant de connecter des appels depuis Internet vers des postes téléphoniques standards, ou de transférer des appels. Montant de la condamnation : 58 millions de dollars.

A chaque fois, Vonage s’est engagée à développer des solutions alternatives. Un façon de reconnaître sa part de responsabilité…

Cette nouvelle condamnation fait encore chuter le cours de bourse de l’opérateur. Ce mardi, il dévissait de 33,6%. En mars dernier, l’action perdait 26%…

Rappelons que Vonage a révolutionné le monde des télécoms en lançant aux Etats-Unis en 2002 la première offre de VoIP grand public. N’ayant pas réussi à s’adapter, notamment face à Skype, et embourbé dans ses affaires de brevets, l’opérateur s’est retrouvé cette année à deux doigts de la faillite malgré ses 2,4 millions de clients.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur