Bull: le départ de Pineau-Valenciennes jette le trouble

Le groupe français Bull n’avait pas besoin de ça. Alors que l’entreprise digère le décès de son patron Pierre Bonelli et sa recapitalisation à marche forcée, elle doit désormais gérer le départ de Didier Pineau-Valenciennes de son poste d’administrateur.

L’homme devait en théorie prendre le présidence de conseil d’administration à la suite de la prochaine assemblée générale, le 25 mai prochain. Mais il n’en sera rien. Didier Pineau-Valenciennes quitte le conseil expliquant que sa mission était achevée: « Il revient donc aux actionnaires anciens et nouveaux de Bull de prendre en main le destin de l’entreprise avec son management et son personnel », explique-t-il dans un communiqué. Pourquoi ce revirement? Officiellement, on s’en tient au communiqué. Officieusement, des rumeurs ont couru autour d’un différend entre Didier Pineau-Valenciennes et certains actionnaires du groupe, susceptible d’avoir influer sur la décision de l’ex-Pdg de Schneider de ne pas briguer le poste de président de Bull comme cela était convenu. Du côté de Bull, on dément ces rumeurs de différents. Mais ce départ a provoqué beaucoup de nervosité autour de ce groupe fragile. Ce lundi, le titre du constructeur informatique français a chuté sous la barre symbolique des 1 euro en retrait de 3% par rapport à la clôture de vendredi. Il s’agit désormais de savoir si Gervais Pellissier prendra les commandes du groupe la semaine prochaine ou si les nouveaux actionnaires préfèreront recruter un autre Pdg.