CAWorld : Mainframe 2.0, le retour !

Cloud

Mainframe mon amour… mainframe pour toujours. CA veut simplifier l’utilisation de l’IBM z/OS. Opportunisme, geste humanitaire, ou réelle initiative technologique ?

Sous cet oxymore (joli score au Scrabble) un brin provocateur de Mainframe 2.0, CA annonce son initiative stratégique pour « aider les clients et partenaires à capitaliser sur les avantages uniques du mainframe en simplifiant la gouvernance, la gestion, et la sécurité de la plate-forme IBM z/OS ». Selon diverses études les clients de cet environnement se multiplient.

Un constat dont CA se réjouit et qu’il attribue« à ses avantages évidents […] de coût le plus faible à la transaction, meilleures fiabilité et sécurité, adaptabilité, ratio énergie/performance le plus green IT…Et tout cela pour encore longtemps. » Opportunisme ? Certes !Mais aussi, volontarisme. En effet, le chiffre d’affaire se mérite, avec un constructeur qui fait évoluer son mainframe a un rythme qui pourrait amener à se poser des questions, selon des retours de clients IBM américains, mais aussi européens présents sur CA World 08.

Une stratégie maison avant tout

Pour CA Mainframe 2.0 rime bien entendu avec approche favorisée par ses solutions « permettant d’optimiser les coûts et de faciliter la maintenance » de cet environnement, a l’heure ou le manque de compétences mainframe devient de plus en plus critique :

-rendre toutes ses solutions mainframe de CA simples à utiliser pour des informaticiens de moins en moins compétents sur cette plate-forme,

-proposer une interface web homogène pour tous ces logiciels afin de limiter les besoins en formation,

-automatiser les tâches au maximum pour rendre la complexité de l’IBM z/OS transparente aux informaticiens,

-assurer la conformité à l’installation logicielle standard IBM,

-proposer des services assurant au client aussi bien une montée en compétences de ses équipes qu’un renfort ponctuel,

Première action visible de cette initiative Mainframe 2.0 : la livraison des solutions de CA par voie électronique, avec possibilité pour le client de reconstituer les volumes sur bande après téléchargement.

Bien entendu, CA travaille sur diverses approches pour simplifier au maximum les procédures de conception des logiciels, de leur déploiement, leur installation etc. Et l’éditeur compte aussi sur ces partenaires éditeurs et prestataires pour participer à cette initiative.

Coup marketing ou initiative impliquant l’écosystème ?

Aujourd’hui, le jeu semble plutôt clair, avec un IBM faisant quasiment cavalier seul (HP et autres compères ayant déserte le terrain, ou quasiment), et une alternative CA sur la partie administration, vivement souhaitée et encouragée par les clients de mainframes.

Il convient cependant de se demander si, comme l’affirment certains, il est encore raisonnable de maintenir ces infrastructures. Et parmi ceux qui les conservent, combien y sont contraints, prisonniers d’applications indispensables à leur fonctionnement ? Ou peut-on estimer que les acteurs du mainframe ne sont pas prêts a renoncer a un gâteau aussi rentable, relayés sur le terrain par des prestataires et conseils tout aussi intéressés ? Si comme l’affirment ces acteurs, de nouvelles applications sont développées sous ces environnements (nouvelle génération quand même), les clients seraient-ils si aveuglés ou ignorants ?

Quoi qu’il en soit, tout ce qui va dans le sens de la simplification technologique mérite attention. Suivons donc cette initiative pour vérifier qu’elle va au-delà du bon mot médiatique. Pour consulter un premier jet de feuille de route.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur