Chronique Instinct Cloud => Clouds Publics : fondations pour l’Intelligence Artificielle

CloudData & Stockage
cloud-artificial-intelligence

Nouvelle chronique de Louis Naugès, notre expert cloud sur Silicon.fr sur le thème de la contribution de l’IA dans la sphère du Cloud public.

La période 2007 – 2017 a vu l’éclosion et la maturité du marché mondial des solutions Clouds Publics pour les infrastructures IaaS et pour les usages, SaaS et PaaS.

Les années 2018 – 2021 seront fortement marquées par la diffusion massive et rapide des solutions d’Intelligence Artificielle (IA), Machine Learning et Deep Learning en priorité.

Le lien entre ces deux mouvements ? Les solutions d’IA innovantes sont toutes construites sur des fondations Clouds Publics.

Les cinq briques indispensables pour que l’IA puisse se développer sont :

  • Des puissances de calcul sans limites : outre les processeurs classiques, l’IA a besoin de GPU, processeurs graphiques, plus efficaces pour traiter les algorithmes spécifiques du type Machine Learning. Nvidia et… Google sont les leaders dans ce domaine.
  • Des capacités de stockage de données sans limites : la donnée est la matière première de base des logiciels d’IA.
  • Beaucoup de données : les modèles mathématiques utilisés ont besoin d’un très grand volume de données pour faire converger leurs résultats.
  • Un grand nombre de clients qui sont… les sources des données utilisées.
  • Des compétences humaines pointues pour comprendre et maîtriser les outils logiciels spécialisés.

cloud-public-fondation-intelligence-artificielle

Quels sont les organisations qui disposent, aujourd’hui, de ces cinq briques ?

Ce sont les grands acteurs du Cloud Public, toujours les mêmes : Google et Amazon sont en avance sur leurs concurrents Apple et Microsoft.

Je n’oublie pas, bien sur, leurs équivalents chinois, Alibaba, Baidu et Tencent.

C’est particulièrement important dans le domaine des ressources humaines. Ces grands acteurs embauchent toutes les vedettes de l’IA et ont les moyens de les attirer avec :

  • Des salaires élevés qu’aucune université, en particulier en Europe ne peut offrir.
    La promesse de disposer de tous les outils numériques dont ils pourraient avoir besoin, sans limites.
  • La possibilité de travailler dans des équipes nombreuses, de très haut niveau, où ils seront au contact des meilleures intelligences “humaines” dans le domaine de l’IA.

Ce n’est pas un hasard si Google et Facebook ont profité de la réunion organisée par notre Président Emmanuel Macron à Versailles pour annoncer qu’ils vont intensifier la présence de leurs centres de recherche en IA en France : nous avons d’excellentes compétences humaines dans ce domaine.

C’est très intelligent de leur part. Voici comment ces géants du numérique raisonnent :
– Je fais figure de bon élève en France et améliore mon image, à un moment où les GAFAM ne sont pas en “odeur de sainteté” dans notre pays;
– Je trouve sur place les compétences nécessaires, plus facilement, car cela évite à ces spécialistes de quitter leur pays;
– Je peux les payer, très bien, mais beaucoup moins que si je les embauche dans la Silicon Valley !

Ces machines de guerre IA sont d’autant plus redoutables qu’elles ont compris l’intérêt de mettre en Open Source leurs principaux outils : l’exemple le plus emblématique est TensorFlow, de Google.

TensorFlow est devenu rapidement le standard pour tout ce qui touche au Machine Learning et aux réseaux neuronaux. Même les principaux concurrents de Google comme Amazon sont obligés de proposer TensorFlow dans leurs solutions.

Les entreprises qui souhaitent mettre en œuvre des solutions d’IA sont devant une situation délicate :

  • Elles n’ont pas les moyens d’investir dans ces cinq composants indispensables.
  • Elles sont donc obligées de s’appuyer sur les grandes plateformes déjà citées.
  • Leur dépendance vis-à-vis de ces grands acteurs devient double :
    – Pour les usages Clouds Publics “classiques”;
    – Pour les nouveaux usages d’Intelligence Artificielle.

C’est un engrenage de décisions qui poussent toutes dans la même direction :

  • Pour être compétitif, j’ai impérativement besoin des solutions IaaS, SaaS et PaaS du Cloud Public.
  • Pour ne pas me faire dépasser par mes concurrents, il faut que j’investisse rapidement dans des applications d’IA, qui s’appuient sur le Cloud Public.

Peut-on faire autrement ? Je crains que non !

Louis Naugès est CEO de Dhasel Innovation.

Retrouvez ses précédentes chroniques sur Silicon.fr :

“Basculer tout son SI sur des Clouds Publics” (6 novembre 2017)

La courbe de Gauss de l’innovation (16 octobre 2017)

“Domination du marché mondial IaaS : les jeux sont faits !”(décembre 2017)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur