EDVIGE, Nicolas Sarkozy veut calmer le jeu

Sécurité

Alors que la polémique enfle sur le fichier, le président de la République demande l’ouverture rapide d’une concertation. Michèle Alliot-Marie serait alors chargée de revoir certains points

Face à la montée des contestations contre le fichier EDVIGE, le gouvernement semble faire un pas en arrière. Après que la ministre de l’Intérieur a demandé de “revoir certains points” concernant notamment le fichage des mineurs de 13 ans et le droit à l’oubli, c’est désormais Nicolas Sarkozy qui monte au créneau visiblement agacé de la tournure des événements.

Il faut dire que la polémique ne désemplit pas depuis plusieurs semaines. Un collectif d’associations s’est élevé contre ce fichier d’Exploitation documentaire et de valorisation de l’information générale, ont alors suivi les hommes politiques ainsi qu’une opinion publique plutôt défavorable.

Le président de la République a donc demandé à la ministre de l’Intérieur de retirer du fichier EDVIGE les rubriques à l’origine de la levée de boucliers, à savoir le fichage des “personnalités”, ainsi que les rubriques qui documentaient la sexualité ou la santé.

Une table de concertation devrait même être ouverte pour tenter de faire la part des choses et concilier libertés publiques et sécurité intérieure. EDVIGE pourrait donc voir son avenir ressembler à celui de son “grand frère” ARDOISE. Ce dernier, tout aussi pointé du doigt, avait été retiré des tests en avril dernier. Une “réflexion” fut alors mise en place sur les conséquences d’un même fichier.

Nicolas Sarkozy estime dans les colonnes du Figaro que “le moins que l’on puisse dire, c’est qu’EDVIGE aurait pu être mieux expliqué, histoire de mentionner qu’il s’agit plus d’une erreur de méthode et de compréhension qu’un reniement de libertés. Michèle Alliot-Marie appréciera.

Le président de la République semble donc avoir pris la mesure de la polémique, d’autant que des critiques commencent à se faire jour sur le fichier CRISTINA (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux). Ce dernier rassemble les informations à des fins de lutte anti-terroriste. Appartenant à la toute nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), il est le fruit de la fusion des ex-DST et Renseignements généraux.

EDVIGE et CRISTINA, deux entités avec qui il ne fait décidément pas bon passer ses vacances.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur