Entente sur les mémoires: Samsung écope de $300 millions d’amende

Régulations

La sanction est telle que le géant coréen pourra étaler son paiement…

Les petits arrangements entre amis ne payent pas, ils coûtent très cher. Ce vendredi, les sanctions pleuvent sur les entreprises qui ont pris des libertés dans le jeu concurrentiel. Après les 584 millions d’euros d’amende infligés aux trois opérateurs français pour s’être entendus sur les prix et les parts de marché (voir notre article), c’est Samsung qui se voit condamné pour entente illicite.

Le géant sud-coréen vient d’être condamné par la justice américaine à 300 millions de dollars d’amende après avoir plaidé coupable dans cette affaire. Il s’agit de la deuxième amende la plus forte infligée à une société par le DoJ (Departement of Justice). La somme est telle que Samsung a l’autorisation d’étaler ses paiements. C’est dire… Rappelons qu’entre 1999 et 2002, les prix des mémoires DRAM faisaient le yoyo sans raisons apparantes. Une situation qui pénalisait les fabricants d’ordinateurs comme Dell ou HP qui ont mis en place des plaintes collectives. Ces constructeurs soupçonnaient alors Samsung et ses petits concurrents de s’entendre sur les prix pour verrouiller le marché. Hynix et Infineon, épinglés eux aussi, ont accepté de plaider coupables et ont respectivement dû payer une amende de 185 et 160 millions de dollars. Mais Samsung contestait ces accusations. A la mi-octobre, le géant change son fusil d’épaule et annonce qu’il plaide également coupable d’entente sur les prix. Samsung n’en a cependant pas fini avec les ennuis judiciaires. La Corée du Sud enquête en effet sur les conditions du contrat de réservation de la production de mémoire ‘flash’ passé entre lui et Apple, pour un prix qui serait inférieur à celui du marché.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur