Haiku universalise le concept des onglets pour les applications

Logiciels

La nouvelle version de test d’Haiku est plus stable et plus rapide. Elle apporte également son lot d’innovations, tel un système permettant d’empiler ou d’accoler plusieurs fenêtres.

Il est parfois bon de le rappeler : le premier objectif d’un système d’exploitation est de servir de support aux applications. Dans ce contexte, les fonctionnalités novatrices et populaires n’ont aucune raison de rester dans le giron des applications. C’est par exemple le cas des onglets. Massivement utilisés au sein des navigateurs web et des environnements de développement (pour ne citer que deux cas courants), ils n’ont toutefois pas trouvé de réel équivalent dans les environnements de bureau. Jusqu’à aujourd’hui.

En effet, la nouvelle version de test d’Haiku, un clone open source de BeOS (non, ce n’est pas une distribution Linux), introduit une nouvelle fonctionnalité développée par l’université d’Auckland (en Nouvelle-Zélande) : l’empilage des fenêtres. Si vous posez une fenêtre par-dessus une autre, les deux seront liées, chacune étant accessible par sa barre de titre, laquelle fait alors office d’onglet. Il est également possible de coller deux fenêtres l’une à l’autre. L’ensemble réagira de concert aux actions de déplacement ou de redimensionnement. Pratique. Cette vidéo montre plus avant les possibilités de cette technologie, que vous pourrez activer en saisissant la commande « setdecor SATDecorator » dans un terminal. La touche « Option » (Windows par défaut), utilisée conjointement avec la souris, permettra ensuite de mettre en action ces fonctionnalités.

Notez qu’Haiku Release 1 Alpha 3 apporte de nombreuses autres avancées. Il propose un support massivement amélioré du matériel, en particulier des imprimantes (via un port de Gutenprint, pilote qui supporte quelques 300 imprimantes) et des scanners (via un port de Sane). Les systèmes de fichiers btrfs, ext4 et exFAT sont maintenant reconnus. La gestion du Wifi avec chiffrement WEP est de la partie. Le support des fichiers multimédias a été amélioré, ce qui devrait se traduire par des performances accrues et une meilleure gestion des formats de fichiers existants dans ce secteur. Enfin, un ensemble de raccourcis clavier permettra d’augmenter la productivité des utilisateurs avancés. Dernier point, plus de 950 bogues ont été corrigés.

Le tout est accessible depuis cette adresse dans des moutures pouvant être gravées sur un CD-Rom, installées sur une clé USB ou utilisées au sein d’un outil de virtualisation. Nous avons rapidement essayé ce système d’exploitation sous VMware : Haiku bat des records en terme de temps de démarrage, de réactivité et de consommation mémoire. Du bon travail. Bon point, le navigateur (basé sur le WebKit) est plutôt moderne. Seul le design de l’environnement utilisé laisse un peu à désirer. Attention, car même s’il se montre très stable, cet OS ne devra en aucun cas être utilisé sur une machine de production. Il reste en effet à l’état de version alpha. Un long travail reste donc à parcourir avant la livraison d’une mouture définitive de ce produit.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur