IBM : abus de position dominante dans les mainframes, Bruxelles enquête

Cloud

Bruxelles suit la CCIA aux États-Unis, T3 ou Turbo Hercules en Europe. Suite aux plaintes déposées contre IBM, elle ouvre deux enquêtes antitrust à l’encontre de la firme.

La Commission européenne ouvre plusieurs « enquêtes antitrust formelles» contre IBM Corporation. En cause, le « comportement d’IBM sur le marché des serveurs centraux » (les mainframes), explique l’UE sur son site. D’un côté, la Commission suit les actions en justice menées par T3 et Turbo Hercules, des vendeurs de logiciels d’émulation, et de l’autre, elle soupçonne la firme d’abus de position dominante.

Chez IBM, on ne cause que mainframe ces derniers jours. Après l’annonce le 22 juillet de du nouveau zEnterprise System (puissance titanesque, flexibilité sans égale, TCA et TCO compétitifs), le sujet reste d’actualité, moins pour parler de révolution que pour parler abus de confiance et gros sous. Les deux enquêtes ouvertes par la Commission Européenne placent IBM dans une situation délicate.

Bruxelles s’interroge ainsi depuis le 26 juillet. Est-ce qu’IBM se livre « à une pratique illégale consistant à lier ses matériels pour serveurs centraux à son système d’exploitation dominant de ces serveurs » ? Si tel est bien le cas, comme le soupçonne le vendeur de logiciel d’émulation Turbo Hercules depuis quelques mois (lire ses déclarations du 06 avril 2010 ici ), la firme évince en effet d’autres sociétés et leur matériel.

Des pratiques supposées anticoncurrentielles sont aussi dans le viseur de la Commission européenne via une seconde enquête. Par exemple, la restriction ou le retard « à l’accès aux pièces de rechange dont IBM est le seul fournisseur».

La Commission précise enfin que l’ouverture de ces enquêtes ne signifie pas qu’elle « dispose de preuves attestant des infractions mais simplement qu’elle réalisera en priorité des enquêtes approfondies sur ces affaires ». L’Association américaine de l’industrie informatique (Computer and Communications Industry Association), qui a déjà porté plainte contre IBM précédemment (voir notre article l’année dernière ), estime sur son site que c’est bien la preuve de la culpabilité de la firme.

« Si nous sommes heureux que la Commission européenne se penche sérieusement sur les actions d’IBM, ce n’est pas une surprise pour nous mais bien la preuve que le comportement anticoncurrentiel d’IBM est important.» L’Association américaine de l’industrie informatique (CCIA) assène un dernier coup à IBM estimant aussi que la seconde enquête ouverte par la Commission, « en dehors de la portée de la plainte initiale […] indique qu’il ya des preuves que le comportement anticoncurrentiel d’IBM est plus profond que ce que nous allégions ».

Bruxelles précise également dans son communiqué que la place économique consacrée aux nouveaux matériels et aux systèmes d’exploitation des serveurs centraux en 2009 est de « environ 8,5 milliards d’euros à l’échelle mondiale et 3 milliards d’euros dans l’Espace économique européen ». Des résultats qui incitent en effet à la vigilance.

La sous-traitance des services informatiques à un partenaire de confiance: une solution gagnante pour les PMEAvec le Cloud Computing, la sous-traitance prend une nouvelle dimension et permet aux entreprises d’avoir accès à encore plus de services.Téléchargez gratuitement le livre blanc IBM

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur