Internet.org passe le cap des 100 millions de personnes connectées

ProjetsRéseauxSécurité

Facebook annonce que son initiative Internet.org a permis à près de 100 millions de personnes d’accéder à Internet pour un coût réduit.

A l’occasion du rapport financier sur les résultats de Facebook pour le premier trimestre 2018, la firme dirigée par Mark Zuckerberg a annoncé qu’Internet.org a dépassé le cap des 100 millions de personnes connectées à Internet.

Un nouveau jalon

Cela marque une nouvelle étape pour Internet.org qui avait déjà permis de desservir 40 millions de personnes en novembre 2016.

Lors de la conférence téléphonique, le P-DG précise « que nous continuons à travailler sur la connectivité, et nos efforts sur Internet.org ont maintenant aidé près de 100 millions de personnes à accéder à Internet qui ne l’aurait pas fait autrement ».

Sous la bannière d’Internet.org, Facebook invite les acteurs de l’industrie IT et les organisations de la sphère politique à converger. L’initiative vise à favoriser l’adoption de technologies permettant de minimiser le coût d’accès à Internet.

Doit encore convaincre

Les rouages sont composés par différents acteurs de la sphère IT.

Tandis que Nokia et Samsung adaptent l’offre de terminaux mobiles pour les marchés émergents, Mediatek et Qualcomm sont présents avec leurs composants respectifs : processeurs, solutions de connectivité…

Concernant l’utilisation optimum de la bande passante, Ericsson se positionne au niveau de l’infrastructure réseau, Opera oeuvrant plutôt au développement de technologies de cache ou encore de compression des flux.

Tout cela se fait en partenariat avec des acteurs locaux. Ainsi, aux Philippines, Facebook a collaboré avec des sociétés de services financiers mobiles et des opérateurs pour permettre aux gens d’acheter des forfaits data via Messenger.

Internet.org s’inspire du projet Open Compute, via lequel une douzaine de partenaires se sont réunis pour élaborer une architecture de data center plus dense et moins énergivore, basée sur des serveurs équipés en processeurs Atom et en stockage flash.

De son côté, Facebook est d’ailleurs actif avec sa seconde application Free Basics qui donne aux utilisateurs l’accès à environ 150 différents sites Web et services. Interdit en Inde, le service est toutefois taxé de ne pas aller dans le sens de la neutralité du net.

(crédit photo © Alexei Tacu – Shutterstock)

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT