L'avenir de Facebook entre les mains de ses membres

Cloud

Pour inventer une nouvelle gouvernance, le premier réseau social mondial invite ses utilisateurs à voter.

“Vous pouvez maintenant procéder au vote du document qui servira de fondation à la gestion du site Facebook.” En matière de réseau social, ce sont désormais les utilisateurs qui décident. C’est du moins ce que laisse entendre Mark Zuckerberg, fondateur et dirigeant de Facebook, qui, par un message posté sur son blog le 16 avril dernier, invite les utilisateurs à s’exprimer par voie de vote.

Cette démarche concrétise la promesse que le dirigeant avait faite suite au retrait des précédentes conditions d’utilisation (CGU) du service. En février 2009, le site introduisait une licence perpétuelle laquelle donnait droit à l’entreprise de conserver ad vitam aeternam les contenus postés par les membres.

Face à la volée de bois vert des internautes, Mark Zuckerberg faisait machine arrière et entendait désormais impliquer les internautes dans les évolutions de la plate-forme. “Les entreprises comme les nôtres doivent développer de nouveaux modes de gouvernance”, déclarait-il alors.

Après la parole, les actes, donc. Les utilisateurs peuvent aujourd’hui voter en ligne. Deux documents sont soumis au vote : le premier, le Facebook Principle agrémenté du Statement of Rights and Responsibilities (SRR ou déclaration des droits et responsabilités), s’inspire des remarques et commentaires des utilisateurs et experts déposés au cours de la période de consultation qui a duré 30 jours. Le second document désigne les actuelles CGU datées de novembre 2008.

Globalement, le Facebook Principle promet d’impliquer plus fréquemment les membres en amont des changements de CGU. “Si ces nouveaux documents sont approuvés, toutes les modifications futures de la déclaration des droits et responsabilités vont passer par le même processus d’avis et de commentaires, et éventuellement soumis au vote si suffisamment de personnes apportent leurs commentaires”, avance le fondateur.

Seulement, les résultats seront pris en compte si au moins 30% des utilisateurs actifs du site de réseautage (ce qui revient à s’être connecté au moins une fois au cours des 30 derniers jours) ont participé au vote. Si Facebook revendiquait avoir franchi les 200 millions de membres au début du mois, il ne dénombre pas les utilisateurs actifs. Mais cela pourrait impliquer un nombre de votants proche des 60 millions. Ce qui n’est pas gagné d’avance.

Les résultats seront analysés par un organisme tiers indépendant pour “garantir leur validité”. Mais Mark Zuckerberg ne précise cependant pas lequel. Ni quand ils seront rendus. Les utilisateurs ont jusqu’au 23 avril pour s’impliquer dans la gestion de Facebook, par voie de vote du moins.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur