Le divorce entre Disney et Steve Jobs tourne vinaigre

Cloud

Entre Steve Jobs (PIXAR – A la recherche de Nemo, Monsters et Cie, etc.) et Disney, le ton monte

Steve Jobs, le patron du célèbre studio Pixar, et qui est aussi celui d’Apple, a décidé de s’expliquer sur sa rupture avec Disney. Et il ne mâche pas ses mots.

Il y a quelques jours, Jobs a annoncé que le contrat de partenariat qui le liait à Disney depuis 1995 prendrait fin en 2006. Il explique que Disney touchait non seulement 10 à 15% des recettes nettes des films Pixar au titre de distributeur, mais empochait aussi la moitié des profits au titre de coproducteur et bénéficiait aussi du droit d’exploiter les personnages de Pixar dans des suites du type Toy Story 2. “Nous avons expliqué que nous souhaitions avoir la propriété de nos films. Disney n’a pas accepté”, explique Steve Jobs. Au bout de dix mois de négociations sans accord, “nous avons décidé de passer à autre chose”, explique-t-il. Steve Jobs: “C’est vraiment la honte! La main mise de Disney sur les personnages de Pixar ulcère Steve Jobs qui ne se gêne pas pour le dire: “Nous sommes malades à l’idée que Disney puisse faire des suites à nos films, parce que, quand on regarde la qualité de celles données au Roi Lion ou à Peter Pan, c’est vraiment la honte!” Et pan! Réaction de Disney: “Nous trouvons triste et malheureux que Steve Jobs ait recours à des insultes. Nous nous attendions à mieux”, explique un porte-parole dans le wall Street Journal. Mais Disney aura beau se plaindre, il voit s’échapper une des meilleures affaires de l’industrie cinématographique US.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur