Le monde 'Open Source' veut révolutionner la gestion de l’information

Logiciels

Mieux gérer les informations et améliorer la collaboration entre les utilisateurs, tels sont les défis du web et du bureau sémantiques.

L’une des nombreuses séances organisées à l’Open World Forum 2009 mettait l’accent sur les évolutions attendues dans le monde de la gestion de l’information : web et bureau sémantiques.

L’idée générale est de créer un réseau d’information accessible depuis toutes les machines et qui mettra l’accent sur l’aspect collaboratif. Pour y parvenir, il faut tout d’abord mieux organiser l’information sur le web en permettant l’unification de plusieurs flux. C’est le but du web sémantique, présenté par Stefan Decker du DERI.

« Tout ceci nécessitera un vaste effort de standardisation et d’interopérabilité de la part des acteurs en présence,précise-t-il. Les solutionsopen sourcesemblent tout indiquées pour régler élégamment ces différents problèmes. De plus, ce travail sera facilité par la présence de l’Open Semantic Collaboration Architecture Foundation . »

Mieux gérer les informations au sein des environnements de bureau

Il convient aussi d’interconnecter plus efficacement les mondes du web et du desktop et de proposer des outils permettant de gérer cette masse d’informations. Ce sont les deux points qu’essaie de résoudre le bureau sémantique. Dans ce domaine des outils open source commencent à apparaitre.

Pour mieux gérer les vastes ensembles d’informations, l’idée est de remettre au gout du jour les interfaces personne-machine évoluées, où l’utilisateur peut effectuer des requêtes complexes. Voilà qui tranche avec le classique pointer-cliquer des interfaces graphiques actuelles et nous ramène aux concepts utilisés au temps de la ligne de commande, plus efficaces dans ce domaine.

Tracker et Beagle sont deux exemples d’outils permettant d’indexer les informations liées aux fichiers, ce qui simplifiera les opérations de recherche. Zeitgeist – présenté par Seif Lofty et Alexander Gabriel, deux membres du projet – garde trace des activités de l’utilisateur. Il permet ainsi à une personne de se replacer en quelques minutes dans un contexte de travail antérieur ou de trouver des documents récemment ou régulièrement utilisés. Il suffit pour cela de consulter le journal d’activité qui sera intégré dans le l’environnement de bureau de GNOME. D’autres logiciels pourront tirer profit du framework Zeitgeist, par exemple GNOME Shell ou l’excellent GNOME Do.

L’environnement de bureau KDE n’est pas en reste, comme nous l’explique Sebastian Trüg de Mandriva (notre photo). Scribo permet de gérer les données en les regroupant par sujet ou mot clé. Un langage spécifique offre de créer des requêtes évoluées. Scribo est donc assez proche des trackers disponibles sous GNOME. Il fixe des attributs étendus et des annotations de façon automatique, ou sur intervention de l’utilisateur. Bon point, il est accessible au sein du gestionnaire de fichiers, mais aussi lors du chargement et de l’enregistrement de documents, via l’option« Semantic view ».

sebastiantrug.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur