Microsoft révise ses prétentions sur son protocole ‘anti-spam’

Sécurité

En réponse aux détracteurs de son protocole de sécurité ‘anti-spam’ Sender-ID, Microsoft a révisé sa copie: il limite la portée de ses brevets afin de séduire les nombreux éditeurs sceptiques

La présence de brevets de Microsoft pour protéger sa technologie ‘anti-spam’ Sender-ID continue d’inquièter de nombreux éditeurs et développeurs: ils rechignent à l’utiliser. Et une procédure de standardisation par l’IETF (Internet Engineering Task Force) reste incertaine.

Cette technologie est destinée à sécuriser les messageries contre le ‘spoofing‘, ces e-mails dont l’adresse d’origine est détournée via des serveurs pirates. De nombreux fournisseurs d’accès, comme AOL, étaient disposés à s’intéresser à Sender-ID, mais comme les techniciens cités plus haut, et ils auraient tout rejeté en bloc. Ryan Hamlin, responsable du groupe ‘anti-spam’ de Microsoft, a rétorqué que les brevets sont nécessaires pour protéger l’éditeur des risques de poursuites. Or l’engagement de Microsoft à ne pas demander de contrepartie financière à l’utilisation de sa technologie n’a guère convaincu, semble-t-il! Microsoft a donc révisé sa stratégie sur Sender-ID afin de rassurer les sceptiques. L’éditeur s’est engagé à réduire le champ d’application de ses brevets afin de permettre à sa technologie de mieux “interopérer” avec des standards existants. Malgré les efforts de Microsoft, il n’est pas certain que Sender-ID retrouve le chemin de l’intégration dans les stratégies des acteurs de la sécurité. AOL s’est toutefois proposé de tester le protocole, après l’avoir abandonné voici quelques mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur