Mise en faillite d’OCZ : accord trouvé avec Toshiba

Composants

Après l’annonce récente de sa mise en faillite, OCZ Technology vient d’indiquer avoir signé un accord avec Toshiba pour le rachat de l’intégralité de ses actifs. Une façon pour le japonais de se renforcer sur le segment des SSD.

En difficultés financières depuis le début 2013, OCZ Technology a récemment annoncé avoir amorcé une procédure de mise en faillite. Mais le chapitre n’était pas encore clos puisque Hercules, la société qui a injecté des liquidités dans OCZ en mars 2013, cherchait depuis lors à monétiser les actifs du spécialiste de la mémoire flash.

Dès la fin novembre 2013, OCZ et Hercules avaient indiqué que Toshiba s’était montré intéressé par l’intégralité des actifs d’OCZ. On apprend maintenant qu’un accord a été trouvé avec le groupe japonais valorisant les actifs d’OCZ à hauteur de 35 millions de dollars. Les autorités doivent désormais se pencher sur cet accord en vue d’une approbation.

2013 : l’année du défi financier pour OCZ

Des problèmes conjoncturels ont finalement précipité la chute du spécialiste de la flash. La société n’a eu que peu de temps depuis le prêt accordé par Hercules pour récupérer de ses problèmes financiers. « Au cours de la dernière année, OCZ a rencontré de nombreux problèmes qui ont mis à mal la structure financière de la société et son modèle opérationnel, ce qui a posé un défi quant à la réalisation d’une rentabilité à court terme», a déclaré Ralph Schmitt, le PDG d’OCZ.

Effet d’aubaine pour Toshiba

Grâce à cet accord, Toshiba va acquérir les actifs relatifs aux activités grand public et professionnelle d’OCZ. OCZ va toutefois continuer de fonctionner pendant le processus. Durant la période de vente, Toshiba a accepté de financer la société qui obtiendra le statut de débitrice en possession. Ceci est de nature à maintenir l’activité durant la délicate période de transition.

Toshiba entend bien profiter de cet effet d’aubaine pour renforcer sa présence dans le secteur des SSD. « Nous sommes ravis de saisir cette opportunité. Si notre offre est acceptée, la combinaison de notre technologie NAND avec l’expertise d’OCZ dans les SSD va nous permettre de renforcer encore notre activité SSD“, a déclaré M. Seiichi Mori, vice-président de l’activité semi-conducteurs et stockage de Toshiba et vice-président du groupe.

Crédit photo @OCZ.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur