Navigateurs : Microsoft à nouveau visé par Bruxelles

Régulations
Bruxelles vs. Microsoft

La commission européenne a décidé d’ouvrir une enquête sur un possible « non-respect des engagements de Microsoft » en matière de navigateur web.

Bruxelles s’acharne sur Microsoft. Alors que la firme de Redmond prépare le lancement en grandes pompes de Windows 8, la commission européenne a décidé d’ouvrir une enquête sur un possible « non-respect des engagements de Microsoft » en matière de navigateur web.

Comme le rappellent nos confrères d’ITespresso.fr, cette affaire est un prolongement de la procédure antitrust qui s’était échelonné dans la période 1998 – 2007  pour manque d’interopérabilité des solutions Windows. Microsoft s’était alors vu infliger une amende de 899 millions d’euros (réduite maintenant à  860 millions d’euros).

Un ballot screen non appliqué ?

En décembre 2009, Bruxelles avait exigé que Microsoft installe une fenêtre multichoix (“ballot screen“”) pour les utilisateurs européens de Windows, jusqu’en 2014. Or cette flexibilité n’aurait pas été proposée aux utilisateurs de Windows 7 SP1, lancé en février 2011.

Dans sa communication, la Commission européenne considère que ce manquement concernerait « 28 millions d’utilisateurs » ce qui justifie ce rappel à l’ordre. Face au risque d’une nouvelle sanction financière, Microsoft aurait toutefois immédiatement présenté ses excuses, évoquant une hypothétique « erreur technique ».

Reste toutefois à savoir si l’activisme de Bruxelles est encore pertinent. Selon les derniers estimations de StatCounter.com, la part de marché d’Internet Explorer est désormais inférieure (37 %) à celle de Google Chrome (38 %). Et sur les nouveaux terminaux, comme les smartphones ou les tablettes, c’est bien évidemment Apple et Google qui se taillent la part du lion… sans susciter d’ailleurs de commentaire de la commission européenne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur