PagesJaunes : bons résultats mais le 118 008 patine

Cloud

Le groupe mise notamment sur son nouveau service d’annonces en ligne pour
accélérer sa croissance

PagesJaunes affiche des résultats annuels positifs avec un chiffre d’affaires en progression de 6% à 1,1 milliard d’euros et une marge opérationnelle en hausse de 5,9% à à 490,4 millions d’euros, en ligne avec ses objectifs. La filiale des fonds KKR et Goldman Sachs fait état d’un résultat net de 296,9 millions d’euros (+13,4%).

Le groupe revendique 750.000 annonceurs ayant utilisé en 2006 au moins l’un de ses supports en France, en Espagne, au Luxembourg, en Belgique et au Maroc, contre 727.000 en 2005.

L’activité des services en ligne a particulièrement progressé : le chiffre d’affaires croît de 22,9 %. Sur les 320,7 millions d’euros générés, Internet représente 280 millions, le reste étant réalisé par le minitel.

PagesJaunes revendique 720 millions de visites sur son site d’annuaires pagesjaunes.fr en 2006 contre 538,4 millions en 2005, soit une hausse de 34%.

Le groupe a d’ailleurs annoncé un nouveau service de petites annonces en ligne www.annoncesjaunes.fr dédié au marché de l’automobile et de l’immobilier. Il vient concurrencer les puissants acteurs en place comme Explorimmo ou Caradisiac. Ce service vise autant le grand public que les professionnels.

Dans un communiqué, l’éditeur d’annuaires indique qu’il “entend capitali ser sur son expertise online et sectorielle pour faire de annoncesjaunes.fr le site de référence de la petite annonce”.

Néanmoins, le groupe prévient que les investissements nécessaires à cette activité (ainsi que la relance des annuaires imprimés) pèseront sur sa marge future qui devrait ralentir en 2007 à 2-4% à périmètre identique.

De son côté, l’activité renseignements téléphoniques (le 118 008) ne répond pas encore aux objectifs du groupe.“Compte tenu (…) d’une part de marché inférieure à celle prévue lors du lancement du 118 008, cette activité ne devrait pas encore contribuer positivement aux résultats de PagesJaunes en 2007 “, précise le groupe.

“Les Français pensaient qu’ils avaient le 12 gratuitement et que les 118 étaient payants et la violence des pressions publicitaires au cours de cette année a finalement plutôt inquiété les consommateurs”, commente Michel Datchary, directeur général du groupe.

Le service pâtirait donc d’une tendance négative qui touche tout le secteur des 118. Pour PagesJaunes, le volume d’appels du marché avait chuté de 270 millions en 2006 à 160-170 millions.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur