Pôle de compétitivité : TES, l’enjeu bas-normand

Régulations

Face à la mutation des pays développés, la France, pour rester dans le cartel de tête des pays industrialisés, doit se doter de centres de compétitivité et ainsi promouvoir l’innovation technologique

Après la région PACA, , c’est au tour de celle de Basse-Normandie de présenter son projet: le pole TES, pour Transactions électroniques sécurisées. Rappels des faits: parmi les 105 candidatures déposées au printemps, le CIADT (Comité Interministériel du développement du territoire) du 12 juillet 2005 a labellisé 67 pôles de compétitivité et a distingué parmi eux 6 projets mondiaux, et 9 à vocation mondiale. Les pôles de compétitivité en Basse-Normandie sont : -Pôle TES : Transactions sécurisées -Pôle MOVEO : Automobile et transport collectif sur pour l’homme et son environnement -Pôle Equin -Pôle Plasturgie (qui est en cours de labellisation) Les TES représente un important marché, avec 9 milliards de cartes à puces en circulation et une croissance annuelle du marché de l’ordre de 15%. En ce qui concerne l’Hexagone, 6,3 milliards de transactions financières sont réalisées par an par 51 millions de cartes. Quid du pôle TES? Avec l’augmentation des échanges d’informations dématérialisées, le risque de fraudes est de plus en plus important. Il est par conséquent nécessaire d’établir une relation de confiance entre deux entités, particuliers et entreprises. Cette communication doit être la mieux sécurisée possible. Les principales technologiques en jeu sont les suivantes : carte à puce, technologie sans contact, terminaux, système en ligne, Téléphonie mobile, Réseaux, Sécurité, Biométrie. La convergence de plus en plus forte des nouvelles technologies permet de développer des solutions intéressantes et offre des perspectives importantes pour le secteur de la sécurisation des transactions électroniques. Qui plus est, les ingénieurs français sont reconnus dans le milieu. Le pôle TES a pour vocation de permettre le développement rapide de nouvelles technologies, mais également de réfléchir aux aspects économiques, marketing des usages, et aux aspects strictement juridiques. En clair, le pôle est une structure de soutien et d’assistance aux projets avant d’être une instance de coordination et d’orientation. L’ambition de la région est claire. Elle souhaite devenir en cinq ans la référence européenne en matière de R&D, de formation et de développement industriel dans le domaine des TES, une région pilote, un terrain d’expérimentation et de rayonnement des produits et des services. Les projets étiquetés de la région Basse-Normandie A l’heure actuelle, 14 projets ont déjà été labellisés, 2 projets labellisés sont en cours d’expérimentation, 10 projets d’innovation (en cours de labellisions) et 2 projets structurels. L’expérimentation implique une participation active des collectivités locales, et c’est exactement ce qui s’est passé pour les 2 expérimentations en cours: -Caen Ville NFC : c’est un projet qui doit permettre l’accès à des services de la vie quotidienne par des technologies sans contact, intégrées dans un téléphone portable. -Carte Citoyen “les clés de la ville” : il s’agit d’une carte qui permet d’accéder, en un clic, à une gamme de services, de la gestion des cantines scolaires à la gestion d’actes administratifs. Le pole TES doit également favoriser le lancement de projets dits “structurels”, dont l’objectif est de soutenir les entreprises dans la réalisation de leurs projets. Par exemple: -l’expérimentation de produits TES à grande échelle, et la définition de méthodologies à suivre -l’intelligence économique -la participation à des instances de standardisation ou normalisation -la réflexion juridique -la formation Le projet de plate-forme pédagogique TES est un exemple concret, dont le but est de valider des innovations fonctionnelles ou technologiques, et de tester par exemple l’interopérabilité entre ces nouveaux produits. On peut également évoquer le projet Mastère : “Microélectronics system design and technology”,(un drôle de nom anglais pour un projet français?). C’est un outil de formation de très haut niveau, pour pérenniser l’activité R&D sur le hardware des systèmes électroniques avancés, sur le software de communication, de codage ou d’identification.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur