Romain Linsolas, Société Générale : « le développeur doit être animé par la passion »

DéveloppeursProjets

Développeur depuis 8 ans au sein de la banque, le développeur sénior témoigne de l’évolution de sa profession. Un métier où il faut être de plus en plus responsable de son code jusqu’à la mise en production et où seule la passion permet de suivre le rythme de la technologie.

Développeur depuis 8 ans au sein de la Société Générale, Romain Linsolas témoigne de l’évolution des carrières dans sa profession. Et de parler d’une « véritable prise de conscience » de la part des entreprises de la nécessité de disposer, dans ces métiers, de profils d’experts. « Cela n’était pas forcément le cas en France il y a encore quelques années », avec de jeunes ingénieurs qui passaient quelques années au développement avant d’être propulsés chefs de projet. « Aujourd’hui, on s’est rendu compte qu’on est face à deux métiers qui sont différents, assure le développeur senior. Le métier de développeur est devenu un métier de persistance. Un bon développeur n’est pas forcément un bon manager, et vice-versa ! »

Pour Romain Linsolas, deux qualités doivent animer le ‘dév’ : la responsabilité par rapport au code qu’il produit et la passion, indispensable pour suivre le rythme des nouvelles technologies et des évolutions de l’organisation. Comme le rapprochement entre développeurs et production. « Le métier d’un développeur ne consiste pas à s’arrêter quand le livrable est transmis à la production », résume-t-il.

Réalisation : Thibault Deschamps

A lire aussi :

C. Gonçalves, Société Générale GBIS, « Les développeurs sont devenus des intrapreneurs »
M. Blottière, DSI Axa France : « les développeurs sont liés à la transformation de l’entreprise »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur