Un lancement difficile pour Windows 7 !

Logiciels

Dans un communiqué intitulé « De futurs débuts difficiles pour Windows 7 », le cabinet de consultants Ineum doute de l’adoption rapide de Windows Seven. Entretien avec Fabrice Bardon, manager chez Ineum Consulting.

Dans un communiqué, Ineum déclare sans ambigüité : « le système d’exploitation « Windows Vista », disponible depuis novembre 2006 pour les professionnels, n’a pas convaincu. L’échec de sa commercialisation en entreprise est notamment lié aux prérequis techniques nécessaires et aux difficultés induites par une compatibilité logicielle réduite. Le marché professionnel a donc résisté au déferlement de «Windows Vista» en préférant conserver “Windows XP”, une version antérieure, qui répondait à ses besoins, notamment au niveau de la stabilité. Dans ces circonstances, le lancement de «Windows 7», prévu pour fin 2009 ou début 2010, constitue un véritable enjeu stratégique pour Microsoft. Après « Vista », la firme de Redmond met en jeu son image et sa crédibilité en tentant de reconquérir les entreprises. » La suite met en doute la réussite du lancement du successeur de Vista, pourtant presqu’unanimement salué. Silicon a donc pris contact avec les intéressés.

Quelles raisons vous font penser que le lancement de Seven pourrait s’avérer difficile pour Microsoft ? Avant tout changement de système d’exploitation dans une entreprise, on constate un temps d’observation pendant lequel les décideurs surveillent les premiers pas du logiciel, généralement auprès des particuliers. Ils en profitent pour vérifier que le système d’exploitation tient la route et qu’il bénéficie bien des premières corrections importantes. Si le produit s’avère assez robuste, ils envisagent alors une éventuelle adoption dans leur entreprise. On a pu constater que cette période n’avait pas bénéficié au lancement de Vista.

Pourtant Windows XP a bien pris. Alors, pourquoi pas Seven ? Avec Windows XP, Microsoft a très bien réussi son coup. Et même tellement bien que ce système d’exploitation reste le plus répandu. Non seulement il est stable, mais en plus il est ergonomique et son esthétique est réussie. D’ailleurs, la société américaine ScriptLogic a réalisé un sondage auprès de 100 entreprises américaines qui révèle que : 59,3 % d’entre elles n’ont pas planifié d’installer Windows 7, 34 % et ne feront rien avant fin 2010., Seuls 5,4% pensent l’installer avant fin 2009.

Les entreprises se demandent donc légitimement : « Pourquoi changer ? Que vais-je gagner à migrer de XP à Windows Seven alors que je suis satisfait d’XP ? » De plus, le support d’XP sera prolongé jusqu’en 2014. Toutefois, il sera payant. Il faudra donc aussi tenir compte de ces paramètres dans l’équation.

En outre, dans le contexte économique actuel, les entreprises cherchent surtout à réduire les coûts. Toute dépense doit être justifiée par un retour sur investissement rapide, et la priorité est accordée aux investissements directement liés au cœur de métier de l’entreprise. Or, Windows Seven n’est pas considéré comme une priorité absolue.

Pourtant, de nombreux éditeurs suivent Microsoft sur Windows 7, et il semble robuste et compatible ? Certes, ce sont autant de freins en moins pour le lancement de Seven, mais ce n’est certainement pas une raison suffisante. Et il est vrai que Seven est aujourd’hui crédité d’un très bon niveau de compatibilité. Des raisons qui ne compenseront pas suffisamment les autres arguments.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur