Wanadoo ‘blacklisté’: le Pentagone avait oublié de retirer la barrière

Régulations

Les autorités américaines affirment que la barrière de sécurité qui empéchait certains internautes de certains FAI de consulter des sites officiels est restée par “inadvertance”

L’affaire Wanadoo et les sites officiels américains semble se terminer. France Télécom indique ce jeudi que les sites officiels américains auxquels les abonnés de Wanadoo n’avaient plus accès depuis quelques mois, voire deux ans

“sont à nouveau accessibles”. Mais le brouillard ne s’est pas dissipé pour autant. “Nous n’avons pas pour l’instant d’explication sur le fait que cela fonctionne à nouveau”, a-t-on ajouté de même source. “Des tests ont été menés jeudi matin et ils montrent que certains sites sont à nouveau accessibles” aux abonnés de Wanadoo, dont celui à l’origine de la polémique “The Federal Voting Assistance Program” (www.fvap.gov). Selon le Herald Tribune, le quotidien à l’origine de ces révélations, le département américain de la Défense donnait désormais une autre explication à ces problèmes d’accès. Après avoir affirmé que ce blocage avait pour but d’empêcher des actes de piratage, le Pentagone explique désormais que la barrière installée il y a plusieurs années “était restée en place par inadvertance”. Vraiment? Selon des lecteurs de Silicon.fr, qui ont également constaté le blocage, la protection aurait été mise en place après les attentats du 11 septembre. Mais pourquoi alors, certains abonnés de Wanadoo étaient bloqués et d’autres pas? Visiblement, seulement certaines classes d’IP étaient bloquées. Ce mercredi, un porte-parole de l’opérateur historique nous expliquait que le problème ne concernait qu’une minorité des abonnés. “Nous n’avons pas d’explications logiques à ce phénomène. Mais il n’y pas de quoi fouetter un chat”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur