Windows 7 équipe 90 millions de PC dans le monde dont 3 millions en France

Logiciels

En six mois, Windows 7 aurait conquis 10% des postes clients de la planète. De quoi signer la mort de XP et, plus encore, celle de Vista.

Malgré son récent lancement, en octobre dernier, Windows 7 peut déjà se vanter d’avoir fait bien mieux que ses prédécesseurs. Selon Microsoft, le nouvel OS aurait été écoulé à ce jour à 90 millions d’exemplaires dans le monde, dont 3 millions avec des PC neufs en France. Soit un démarrage respectivement deux et trois fois plus rapide que ceux de XP et Vista. D’autre part, les statistiques de fréquentation des sites web de StatCounter créditent Windows 7 d’une part de marché de 14 % parmi les internautes français. Pour sa part, Microsoft estime à 10% le taux d’occupation du nouvel OS de Redmond sur les postes clients, tant dans le monde qu’en France.

Concernant le marché entreprise en France, le nombre de licences vendues s’élève aujourd’hui à 3,8 millions: 1,5 million avec des nouveaux PC et 2,3 millions sous forme de licences acquises. Acquises mais pas forcément exploitées. Ce qui signifie que Windows 7 serait utilisable (à défaut d’être concrètement utilisé faute de déploiement effectué) sur un poste sur quatre. Surtout, Forrester estime que 57 % des entreprises prévoient de migrer vers le nouveau système d’exploitation dans les douze prochains mois. Un chiffre très satisfaisant pour Microsoft étant donné que le premier Service Pack (SP1) de l’OS n’est pas encore disponible. «C’est la première fois que nous lançons un déploiement de Windows sans attendre le SP1», témoigne ainsi Jean-Pascal Cousin, DSI de Sanofi Aventis, qui a entrepris de migrer plus de 100 000 postes de travail de XP vers 7.

Plusieurs raisons permettent d’expliquer que les entreprises se sentent plus enclines à migrer rapidement vers Windows 7, mais c’est semble-t-il en grande partie grâce à la meilleure compatibilité applicative du système (plus de 800 000 applications supportées à ce jour). En effet, les applications professionnelles constituent généralement pour les entreprises le principal point d’achoppement d’une migration vers un nouvel OS. L’amélioration de la sécurité du processus de migration semble également avoir rassuré quelques responsables informatiques. D’autre part, les DSI des grands comptes ayant des filiales à l’international apprécient le fait de pouvoir procéder à un déploiement à partir d’un master multilingue unique plutôt que d’utiliser un master par langue.

De façon plus étonnante, c’est également l’engouement des particuliers pour Windows 7 qui semble contribuer à son succès dans les entreprises. Parmi les motivations qui ont poussé Sanofi Aventis à migrer, Jean-Pascal Cousin cite ainsi « une forte demande des utilisateurs qui veulent disposer [dans le cadre professionnel] des mêmes outils qu’à la maison ». Le DSI souligne en outre qu’il a été influencé par les bons retours à la fois des utilisateurs finaux et des informaticiens. Même son de cloche chez Bouygues Construction, dont le responsable système et réseaux, Amaury Pitrou, affirme également que la poussée des utilisateurs a été un facteur de décision pour la migration.

Une migration plus facile pour les TPE La problématique d’une migration vers Windows 7 ne se pose pas du tout de la même façon pour les TPE/PME disposant d’un petit parc informatique et surtout dépourvues de DSI. Afin de leur faciliter la tâche, l’éditeur de logiciels de virtualisation Parallels vient d’annoncer le lancement, prévu pour la fin mai, de l’application Parallels Desktop Upgrade to Windows 7. Cette solution (proposée à 40 euros TTC) vise à simplifier le processus de mise à niveau de XP ou Vista vers Windows 7, en permettant notamment de continuer à utiliser des applications non compatibles avec le nouveau système.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur