Big Data : le métro de Londres va pister ses passagers via le WiFi

Big DataData & StockageMobilitéWifi
3 199 Donnez votre avis

Pour mieux comprendre les déplacements des usagers du métro de Londres, Transport of London se lance dans un projet Big Data basé sur la collecte de données via les routeurs WiFi installés sur son réseau.

Transport of London (TfL), la régie des transports de Londres, va se lancer dans une expérimentation de quatre semaines visant à suivre les passagers des rames du métro de Londres via les usages du WiFi  gratuit offert sur environ 250 stations de son réseau. Selon TfL, cet essai vise à l’aider à mieux comprendre les déplacements des millions de passagers empruntant son réseau chaque jour et à mieux gérer les pics de fréquentation. TfL assure que cette collecte de données permettra aussi d’améliorer l’information des passagers et de mieux déterminer les sections du réseau nécessitant des investissements.

Pour le moment, TfL dispose de données sur le moment et l’emplacement où les usagers entrent et quittent son réseau, via la validation des cartes sans contact utilisées à Londres, les Oysters cards, mais ignore tout des déplacements entre ces deux points.

Le Big Data à la place des études statistiques

« Cet essai limité dans le temps va nous aider à comprendre si les données de connexion WiFi peuvent nous aider à mieux planifier et opérer notre réseau de transport au bénéfice de nos clients, explique Shashi Verma, le directeur technique de TfL dans les colonnes de The Telegraph. D’habitude, quand nous voulions connaître comment les gens se déplacent, nous utilisions des études papier et des comptages manuels, ce qui est cher, prend beaucoup de temps et reste limité en termes de niveau de détail et de fiabilité. » Le responsable espère que ce nouveau moyen de collecter des données pourra améliorer l’information des voyageurs dans la préparation de leurs déplacements et leur permettre d’éviter les incidents sur le réseau.

L’expérimentation, qui démarre aujourd’hui sur 54 stations situées près du centre de Londres, recueillera les données de géolocalisation de tout smarphone, tablette ou autre terminal ayant le WiFi activé. Le mécanisme est basé sur le suivi des envois du numéro d’identification unique (l’adresse MAC) des terminaux aux routeurs WiFi. TfL assure que toutes les informations collectées sont anonymisées et chiffrées, afin de garantir leur sécurité et d’éviter toute possibilité d’identification. La régie ajoute qu’elle ne partagera pas ou ne vendra pas ces données à des tiers.

Les usagers sont avertis lorsqu’ils entrent dans des zones concernées par ce projet pilote via des affiches. La seule façon d’échapper à la collecte de données est de désactiver le WiFi sur son terminal.

A lire aussi :

Bob Emploi met le Big Data au service des chômeurs

51 % des grands comptes français ont lancé des projets Big Data

Crédit photo : zen whisk via VisualHunt.com / CC BY-ND

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur