L’équipementier télécom Cirpack lève 3 millions d’euros

CollaborationGestion des réseauxLogicielsMobilitéOperateursRéseaux
2 105 Donnez votre avis

Un an après la prise de direction de Cirpack, Patrick Bergougnou donne une nouvelle impulsion à l’équipementier français avec une première nouvelle levée de fonds.

Après les remous de ces dernières années, Cirpack va-t-il retrouver la capacité de poursuivre ses développements sereinement ? L’équipementier télécom, qui a notamment construit sa réputation sur son offre de commutateurs logiciels (softswitch) et ses solutions SBC (Session Border Controller) vient d’annoncer avoir levé 3 millions d’euros auprès de plusieurs organismes de financement dont Bpifrance et Midi Capital. Ce soutien financier permettra à Cirpack de développer son activité en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et en Afrique mais aussi de renforcer ses équipes R&D et d’envisager des acquisitions pour compléter son offre, notamment sur le volet communications unifiées et Web RTC, souligne ITespresso.fr.

Le fournisseur à capitaux 100% français revient de loin. Créée en 1999 en tant qu’émanation de l’opérateur Kaptech par Fred Potter, aujourd’hui CEO de Netatmo, Cirpack se taille une réputation pour la qualité de ses solutions de communication en voix sur IP et ses plates-formes Centrex IP, Softswitch, IMS, SBC, auprès des opérateurs français et à l’international. Financé en 2002 par Iris Capital, Siparex et Endeavour, l’entreprise tombe dans le giron de Thomson, à l’époque en quête d’expansion tout azimut, qui l’intègre dans sa division Systèmes & Équipements. L’opération s’élève à 82 millions d’euros, dont près de la moitié en cash. La restructuration forcée de son propriétaire, devenu Technicolor entre temps, pousse Cirpack entre les mains de la société d’investissement Martland Group en 2013 pour une bouchée de pain (moins de 3 millions d’euros). Un an plus tard, Martland cède l’équipementier à une holding contrôlée par Patrick Bergougnou qui en prend alors la direction en tant que PDG.

Une nouvelle étape décisive

Pour se reconstruire, Cirpack mise sur la confiance acquise auprès de clients historiques comme Atos, Numericable-SFR et OVH en France. Mais aussi sur des références majeures en Europe et dans le monde comme Equinix (Allemagne), T-Systems (filiale tchèque de T-Mobile), Vodafone (Islande), Tigo (Costa Rica, Guatemala, Salvador) et Cablecom (Mexique). Cirpack, qui compte une centaine d’opérateurs clients dans le monde, s’appuie également sur un réseau de distribution étoffé (en Allemagne, au Mexique, au Vietnam, au Liban) et de revendeurs (IBM Danemark, en Irlande, en Roumanie, en Slovénie, Telindus en Belgique, 3M en Allemagne…).

« Le soutien apporté par la France (à travers BPI France) et par des investisseurs privés confirme le bien fondé de notre stratégie, commente Patrick Bergougnou. […] Ce financement va nous aider à franchir une nouvelle étape décisive pour développer de nouvelles gammes de produits innovants et accroître nos parts de marché en France et à l’international. » Dans ce cadre, Cirpack s’apprête à dévoiler prochainement la première acquisition de sa nouvelle stratégie.


Lire également
Voix sur IP: Free choisit IBM et Cirpack


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur