La Chine accusée du vol de 4 millions de données de fonctionnaires US

Politique de sécuritéRégulationsSécurité
1 5 Donnez votre avis

Les États-Unis confirment le piratage du système d’information de l’administration chargée de la gestion du personnel fédéral (OPM). Le FBI enquête, la Chine est ciblée.

Les États-Unis ont annoncé jeudi 4 juin que l’administration chargée de la gestion des agents du gouvernement fédéral (OPM – Office of Personnel Management) a fait l’objet d’une attaque informatique. L’intrusion constatée en avril 2015 par l’OPM aurait débuté bien plus tôt. Les données de 4 millions de fonctionnaires américains ont été exposées, selon les autorités américaines.

Washington accuse officieusement Pékin

L’OPM, qui avait déjà fait l’objet d’une attaque informatique en juillet 2014, travaille avec l’US-CERT et le FBI pour déterminer l’ampleur de la nouvelle cyberattaque sur le personnel fédéral. Appelés à la plus grande vigilance, tous les agents publics concernés seront alertés par email ou courrier postal des dispositions à prendre entre les 8 et 19 juin prochains. En attendant, l’administration américaine propose gratuitement à ses personnels affectés les services de CSID, prestataire texan spécialisé dans la protection d’identité et la détection des fraudes. En cas de fraude et de vol avérés, les dédommagements versés par l’administration à ses agents pourraient atteindre des sommets.

D’après de hauts fonctionnaires américains interrogés par le Washington Post et le New York Times, l’attaque aurait été lancée depuis de Chine, mais il est encore difficile de déterminer si le gouvernement chinois serait dans la boucle. Selon la société de sécurité iSight Partners, l’opération est liée au même groupe de hackers à l’origine de l’attaque contre Anthem, assureur américain.

Lire aussi :
Obama tape au portefeuille des pirates US et étrangers
Vol de données : 2014, année de tous les records (infographie)


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur